“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Al Hair Hamadi aurait tenté de recruter des hommes de main, semble-t-il en vain.

Procès Pastor : le guetteur était aussi un recruteur

Un incendie ravage 8000 m² de végétation à Roquebrune

L'événement sera reconduit l'an prochain.	(DR)

Concours des anciens de la police de Monaco

L'incendie de Roquebrune maîtrisé, 8.000m2 de végétation brûlés

5.000 m2 de végétation partent en fumée dans un incendie, de nombreux pompiers m...

Données piratées au CHPG de Monaco

Mis à jour le 16/06/2016 à 05:12 Publié le 16/06/2016 à 05:12
État civil, adresse personnelle, date d'embauche, évolution de carrière et salaire des 2 434 employés du CHPG ont été frauduleusement adressés à plus de 500 destinataires.

État civil, adresse personnelle, date d'embauche, évolution de carrière et salaire des 2 434 employés du CHPG ont été frauduleusement adressés à plus de 500 destinataires. Photo Michael Alesi

Données piratées au CHPG de Monaco

Les informations confidentielles des 2 434 salariés du Centre hospitalier Princesse-Grace ont été envoyées par mail, hier, à plus de 500 destinataires monégasques et azuréens. Une bombe !

Mercredi 15 juin 2016, 10 h 57. Un premier mail est envoyé depuis la messagerie d'une employée du Centre hospitalier Princesse-Grace (CHPG), à Monaco. « Organigramme de la direction », peut-on lire dans l'objet.

Le corps du message est confus. Il reprend une discussion sans queue ni tête. La pièce jointe est beaucoup moins absconse. En double-cliquant sur le document, on découvre les données nominatives et confidentielles des 2 434 salariés de l'hôpital public monégasque.

Livrés en pâture

L'état civil complet figure dans le document, tout comme la nationalité et la situation familiale. On apprend également si le conjoint est salarié du CHPG. Le nom de jeune fille des femmes mariées est précisé.

L'adresse personnelle est mentionnée - les agents du CHPG résident dans les Alpes-Maritimes à une très grande majorité -, tout comme le grade, l'établissement où travaille le salarié (hôpital, Centre Rainier-III,...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct