“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"C'était incroyablement chaotique", le témoignage du voisin de chambre du tireur de Las Vegas

Mis à jour le 03/10/2017 à 09:17 Publié le 03/10/2017 à 09:10
La fusillade a eu lieu lors d'un concert en plein air.

La fusillade a eu lieu lors d'un concert en plein air. Photo EPA/MaxPPP

"C'était incroyablement chaotique", le témoignage du voisin de chambre du tireur de Las Vegas

La date du 2 octobre 2017 restera gravée à jamais dans la mémoire de Ralph Rodriguez, qui a échappé à la fusillade de Las Vegas (59 morts et 527 blessés). Ce témoin direct, voisin de chambre du tireur, à l'hôtel Madalay bay, raconte...

"Fuyant avec la foule en panique, je me suis aperçu en me réfugiant à mon hôtel, que j'étais le voisin de chambre du tireur...". Ralph Rodriguez, consultant en informatique près de Los Angeles était venu assister au festival "Route 91 Harvest" avec une dizaine d'amis et séjournait pour le week-end au 33e étage de l'hôtel Mandalay Bay. Un festival country rassemblant plus de 22.000 spectateurs près du célèbre Las Vegas boulevard.

Ce mardi 2 octobre, peu après 22 heures (locales), "on a entendu comme des pétards, vers la droite de la scène. On a vu des lumières s'éteindre sur la scène et le groupe partir en courant. Et, là, tout le public s'est rué dans notre direction", raconte l'homme. Ajoutant : "Nous ne savions pas d'où venaient les tirs, on courait sans savoir où aller. C'était incroyablement chaotique".

"On a emmené des gens qui saignaient"

Le témoin malheureux, mais tout aussi chanceux d'avoir échappé au pire poursuit: "On a vu des corps à terre. On ne savait pas s'ils étaient abattus. On a emmené des gens qui saignaient. On ne savait pas pourquoi... On n'a pas eu le temps de leur demander."

>> LIRE AUSSI. PHOTOS. Un tireur fou sème la terreur pendant un concert à Las Vegas

On leur disaient: "Si vous pouvez tenir, tenez bon et on continuait à avancer. Les gens ont commencé par attraper leurs proches, et puis juste des inconnus, pour tenter de les aider à s'échapper. Ça a été horrible, mais tout le monde aidait tout le monde. J'ai vu des gens prendre des enfants qui n'étaient pas les leurs, j'en ai vu pousser les chaises roulantes de gens qu'ils ne connaissaient pas". 

Photo AFP

Même si la police tentait de guider les gens vers la sortie, l'informaticien de la Côte Ouest a dû abandonner. "On s'est retrouvé à l'autre extrémité et on a dû escalader une barrière haute de trois mètres. On a utilisé les garde-fous pour escalader et on a commencé à jeter les gens par dessus et à les rattraper de l'autre côté."

De retour à l'hôtel : "Une découverte glaçante"

M. Rodriguez réussit à retourner, après toutes ces péripéties, à son hôtel. Là, il fait une découverte glacante: "Ma chambre était directement au-dessus de celle du tireur. Il était au 32e étage, chambre 134, et je suis au 33e étage, chambre 134..."

Le forcené et/ou terroriste s'est suicidé avant que les unités d'intervention de la police ne fasse exploser la porte de sa chambre et n'y retrouve plus de dix fusils.

Resté sur place, le témoin explique: "Aujourd'hui, quand le vent souffle, ses rideaux se soulèvent et viennent frapper ma fenêtre. C'est assez effrayant."

"On était avec un groupe d'une dizaine d'amis tous répartis en différents endroits sur le site. Grâce à Dieu, ils s'en sont tous sortis", respire Ralph Rodriguez, qui a vécu ce cauchemar.

>> LIRE AUSSI. La fusillade de Las Vegas est la plus meurtrière survenue aux Etats-Unis


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres