“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'incendie de Roquebrune maîtrisé, 8.000m2 de végétation brûlés

5.000 m2 de végétation partent en fumée dans un incendie, de nombreux pompiers m...

Cette pharmacie avait déjà été braquée en 2012. Le suspect avait, là encore, été interpellé. Son gérant a confié sa colère dans Nice-Matin vendredi.

La Trinité : le braqueur identifié... et interné

Le bilan encore provisoire du naufrage d'un ferry sur le lac Victoria fait état ...

Lester Laoagan vivait depuis plusieurs mois à Monaco, où cette photo a été prise, mais c'est à Paris qu'il a été retrouvé sain et sauf. 	(DR)

Lester Laoagan a été retrouvé vivant... à Paris !

Biot : C'est criminel ! Ils l'ont tuée !

Mis à jour le 04/03/2016 à 05:13 Publié le 04/03/2016 à 05:13
Sandrine et Denis Delaup devant la fenêtre de la chambre où a péri Jacqueline Colombiet, ici fêtant ses 91 ans.

Sandrine et Denis Delaup devant la fenêtre de la chambre où a péri Jacqueline Colombiet, ici fêtant ses 91 ans. Franz Chavaroche et DR

Biot : C'est criminel ! Ils l'ont tuée !

La famille Delaup accuse. Elle a déposé plainte contre X pour homicide involontaire. Leur grand-mère a péri noyée, dans sa maison de retraite, lors des inondations d'octobre

Sandrine Delaup n'était pas encore retournée au « Clos Saint-Grégoire ». La nuit du 3 au 4 octobre, il y a cinq mois, sa grand-mère a péri noyée, lors des terribles inondations qui ont emporté 20 vies au total. Pas dehors, dans une voiture ou un parking. Mais dans la chambre de sa maison de retraite de Biot.

C'est la première fois, hier, que sa petite-fille retournait sur les lieux avec son mari. Juste devant la fenêtre de la pièce où Jacqueline Colombiet, 91 ans, s'est retrouvée piégée par les flots, au fond du rez-de-chaussée du Clos Saint-Grégoire. Comme deux autres résidents.

« C'est impensable ...» Sandrine peine à soutenir le regard. La maison de retraite est fermée depuis. Rouillent à l'extérieur des lits médicalisés, désormais inutiles. « Le pire, c'est que ma grand-mère avait une peur panique de l'eau, même de simples gouttes. Sa pire crainte était de mourir noyée, elle nous l'avait dit.»

Comment...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct