“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les drones sont interdits au-dessus de la foule.

Drone de fait-divers lors du corso

Christophe et Guillaume s'entraîne pour réussir les épreuves du triathlon en moins de 16 heures...

Nous faisons corps jusqu'à ne faire plus qu'un

Volé à Marseille en 2009, un tableau de Degas a été retrouvé... dans la soute d'...

Plus d'une femme sur 10 affirme avoir déjà subi un viol

L’un des principaux commanditaires de l’attentat du 13 novembre aurait été tué

Attentat à Marseille: aucun lien trouvé pour l'instant entre le tueur et Daesh

Mis à jour le 06/10/2017 à 06:45 Publié le 06/10/2017 à 06:45
Le groupe Etat islamique a revendiqué à l'attaque survenue sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille, dimanche 1er octobre.

Le groupe Etat islamique a revendiqué à l'attaque survenue sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille, dimanche 1er octobre. Photo Luc Boutria

Attentat à Marseille: aucun lien trouvé pour l'instant entre le tueur et Daesh

Le Premier ministre Youssef Chahed a indiqué, jeudi 5 octobre, que l'enquête sur Ahmed H., le ressortissant tunisien ayant tué deux jeunes cousines à Marseille dimanche 1er octobre, n'avait jusque-là pas mis en évidence de liens avec des groupes "terroristes" en Tunisie.

"L'enquête est en cours, nous n'avons pas vraiment de liens aujourd'hui ou de preuve qui prouve l'attachement, quand cette personne était en Tunisie, avec des groupes terroristes ou Daesh", a-t-il déclaré à la presse.

Le Premier ministre tunisien était interrogé, à l'issue d'une rencontre avec son homologue français Édouard Philippe, sur l'attaque au couteau devant la gare Saint-Charles à Marseille, revendiquée par le groupe État islamique peu après les faits. Une revendication qui avait aussitôt posé question.

>> LIRE AUSSI. Attentat à Marseille: des vidéos jihadistes retrouvées dans le téléphone du tueur


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres