“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le bilan encore provisoire du naufrage d'un ferry sur le lac Victoria fait état ...

Lester Laoagan vivait depuis plusieurs mois à Monaco, où cette photo a été prise, mais c'est à Paris qu'il a été retrouvé sain et sauf. 	(DR)

Lester Laoagan a été retrouvé vivant... à Paris !

L'incroyable épopée de cet homme retrouvé à Paris 37 jours après sa disparition ...

Plus de 170 morts dans le naufrage d'un ferry sur le lac Victoria, un survivant ...

Le bilan du naufrage sur le lac Victoria passe à 151 morts, l'espoir de retrouve...

Après l'explosion près du bus de Dortmund, un supporter de l'ASM raconte sa nuit insolite chez un fan Allemand

Mis à jour le 12/04/2017 à 12:25 Publié le 12/04/2017 à 11:41
Hervé Obrecht, supporter de l'AS Monaco (au fond à gauche), a passé la nuit avec ses cinq amis chez Franck (avec la casquette et le lunettes), un supporter du Borussia Dortmund qui les a accueillis généreusement dans son appartement.

Hervé Obrecht, supporter de l'AS Monaco (au fond à gauche), a passé la nuit avec ses cinq amis chez Franck (avec la casquette et le lunettes), un supporter du Borussia Dortmund qui les a accueillis généreusement dans son appartement. Photo DR

Après l'explosion près du bus de Dortmund, un supporter de l'ASM raconte sa nuit insolite chez un fan Allemand

Venu assister à la rencontre Dortmund-Monaco, Hervé Obrecht, 25 ans, a passé la nuit chez un supporter du Borussia Dortmund. Il raconte.

Hervé Obrecht, 25 ans, supporter de l’AS Monaco a fait la route depuis Colmar pour assister à la rencontre de Ligue des Champions entre Dortmund et Monaco, prévue initialement mardi soir. Un quart de final reporté à ce mercredi 18h45 suite à l’explosion de trois engins près du bus allemand. Un acte qui a envoyé à l’hôpital le défenseur espagnol Marc Bartra, blessé à l’épaule et opéré d’une fracture du radius dans la nuit.

Avec six amis, ils devaient rentrer dans la nuit une fois le match terminé, se relayant pour effectuer les 6h de trajet.

Finalement, grâce à l’élan de solidarité, et à Franck, un supporter du Borussia Dortmund de 54 ans, les six supporters monégasques ont pu dormir sur place. Ils seront au stade ce soir. Hervé, cartographe, nous raconte cette soirée pas comme les autres.

Comment avez-vous appris que le match n’allait pas se jouer ?
On commençait à entrer dans la tribune vers 20h15 et nous avons vu les messages sur les réseaux sociaux. Dans le même temps, il n’y avait pas de joueurs sur la pelouse, on a trouvé ça étrange. Le club a ensuite fait une annonce au micro. Je parle un petit peu allemand comme je suis Alsacien, j’ai donc traduit au début aux autres supporters. Mais très vite le club a expliqué en français ce qui était en train de se passer.

Qu’avez-vous fait une fois l’annonce du report du match ?
On a quitté le stade pour aller dans le centre manger un bout. J’étais en congés cette semaine, mais certain de mes collègues ont dû appeler leur patron pour poser un jour de plus afin de rester. A la base, nous aurions dû rentrer dans la nuit une fois le match terminé. Mais les patrons ont été compréhensifs et ont accepté.

A ce moment là, vous ne saviez pas encore où vous alliez passer la nuit ?
Pas du tout. On n’avait pas vu que le club du Borussia Dortmund avait lancé un message sur Twitter invitant ses supporters à nous accueillir via un hashtag Bedforawaysfans (un lit pour les supporters adverses). On regardait les hôtels d’un côté, et de l’autre, on a lancé un message sur twitter expliquant que nous étions 6 et que nous cherchions un endroit où passer la nuit.

L’élan de solidarité a-t-il été efficace ?
Oui. Notre message a beaucoup été relayé, mais les deux premières réponses ne nous permettaient pas de rester tous ensemble. Et puis Franck, un supporter du Borussia nous a contactés. Au début, on s’est dit qu’il n’avait pas dû bien comprendre parce que nous étions quand même six ! Mais il avait très bien compris. Il nous a confirmé qu’il n’y avait aucun problème, il rentrait lui aussi du stade. Franck nous a donné son adresse et on l’a rejoint.

Que s’est-il passé ensuite ?
On a été super bien accueilli. Il nous a même laissé sa chambre et la chambre d’ami. Lui s’est proposé de dormir sur le canapé. On a bavardé jusqu’à 1h30 du matin, puis on s’est couché. Il nous a dit qu’il avait des enfants mais qu’ils étaient grands et qu’ils ne vivaient plus chez lui. Nous étions dans un appartement situé dans une résidence à Benninghofen, un quartier au sud de Dortmund. Nous ne voulions pas déranger à la base et au final, l’accueil a été très chaleureux…

Que retenez-vous finalement de cette rencontre ?
Il y a un sentiment très partagé. Nous sommes très déçus par ce qui s’est passé, le joueur allemand blessé, les explosions. Il n’y avait pas de quoi se réjouir de ce contexte. Mais en même temps, l’élan de générosité et cette rencontre avec Franck resteront gravés dans nos mémoires. La symbolique de rester aussi derrière son équipe était forte. C’était mon premier déplacement en Ligue des champions alors que je suis Monaco depuis 2002. Nous lui avons offert une écharpe du club pour le remercier et on va manger ensemble ce midi. Il nous a expliqué en plus que c’était la première fois qu’il utilisait twitter ! Franck était content d’avoir fait quelque chose d’utile en nous aidant. Et nous, on s’est fait un ami.


La suite du direct