“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il escroquait une pensionnaire âgée dans une maison de retraite à Monaco

Elle s'étouffe avec une Knacki, ses parents portent plainte

Un homme se défenestre à Fréjus ce vendredi

13 photos qui montrent la violence de l'accident au péage de Saint-Isidore

Un camion fou, immatriculé en Roumanie, a pulvérisé le péage de Saint-Isidore jeudi après-midi sur l'A8 à Nice. Bilan: un mort et huit blessés.

Ce que l'on sait du terrible accident au péage Saint-Isidore sur l'A8

"Les frères Marzocco n'ont rien à se reprocher" dans l'affaire de la tour Odéon

Mis à jour le 21/09/2015 à 08:33 Publié le 21/09/2015 à 08:31
Me Thierry Lacoste, l’un des trois avocats des entrepreneurs monégasques poursuivis dans le cadre de l’affaire de la tour Odéon.

Me Thierry Lacoste, l’un des trois avocats des entrepreneurs monégasques poursuivis dans le cadre de l’affaire de la tour Odéon. (Photo Jean-François Ottonello et archives Nice-Matin)

"Les frères Marzocco n'ont rien à se reprocher" dans l'affaire de la tour Odéon

L'avocat des frères Marzocco, Me Thierry Lacoste assure que ses clients "n'ont jamais donné d'argent à M. Alberti pour payer quoi que ce soit". Pour lui, cette affaire "est un dommage collatéral d'une affaire beaucoup plus importante nomme "dossier Vestri"

Bien que mis en examen, ils ne s'attendaient pas à être renvoyés à la barre du tribunal correctionnel. Claudio et Paolo Marzocco, les entrepreneurs monégasques poursuivis pour corruption active dans l'affaire "mains propres", ont réagi par la voix de leur avocat ce jeudi, alors que Nice-Matin venait d'annoncer la clôture de l'instruction.

>>RELIRE. Affaire de la tour Odéon de Monaco: onze personnes renvoyées devant la justice

Me Thierry Lacoste, qui intervient aux intérêts des frères monégasques avec Mes Eric Dupond-Moretti et Luc Brossollet, livre ses premières explications sur ce dossier sensible.

Comment ont réagi vos clients en apprenant leur renvoi en correctionnelle?

Ils sont extrêmement surpris car deux éléments démontrent qu'en aucun cas ils n'avaient besoin d'obtenir une quelconque facilitation de la mairie de Beausoleil. Un, l'intégralité de la tour est en territoire monégasque. Donc toutes les autorisations relatives au droit à bâtir sont délivrées par les seules autorités monégasques. M. Spinelli n'avait rien à dire. Deux, les groupes Marzocco et Vinci sont liés par un contrat d'entreprise générale. C'est Vinci qui est responsable de l'obtention de toutes les autorisations administratives autour de la construction: droit de passage des camions, changements de sens de circulation… Au regard du contrat, les Marzocco n'avaient donc rien à voir là-dedans.

Leur mise en examen a néanmoins été requalifiée de "complicité" en "corruption active"…

C'est la décision de M. Duchaine [le juge instructeur, ndlr]. À l'issue de la première audition, les Marzocco avaient le statut de témoin assisté, statut qui a changé après la confrontation avec Lino Alberti. Mais je remarque que ce dernier a souvent varié dans ses déclarations. Par ailleurs, une procédure est en cours pour obtenir la nullité de la mise en examen, laquelle a déjà été prononcée dans un premier temps.

Quid des versements de 250.000 € à Lino Alberti, sur 2 millions proposés?

En aucun cas les Marzocco n'ont donné de l'argent à M. Alberti pour payer qui que ce soit. Par ailleurs, pour moi, la tour Odéon est un dommage collatéral d'une affaire beaucoup plus importante nommée "dossier Vestri". Elle n'est arrivée là que par les déclarations fluctuantes de Lino Alberti.

Dans quel état d'esprit les frères Marzocco abordent-ils le procès à venir?

S'ils restent extrêmement surpris de ce renvoi, ils sont très confiants car ils n'ont rien à se reprocher.


La suite du direct