“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Marisa a ouvert sa porte et ses archives à Margaux Soumoy.

Frédéric Mitterrand sur les traces d'Hollywood à Gassin Une étudiante canadienne...

Andi Bitri incarne sur les réseaux sociaux un personnage loufoque, Gilles Bellâtre, accessoirement professionnel de santé comme lui.	(DR)

Médecine : pourquoi les étudiants broient du noir

Tu sais que tu as vécu à Menton quand..., une page web identitaire La Mentonnais...

Les parents d'élèves et le maire de Cabris devant l'école ce vendredi pour manif...

Christian Estrosi va proposer de nouveaux lieux d'implantation pour la prison de...

Volkswagen présente ses excuses après avoir forcé des singes à inhaler des gaz d'échappement

Mis à jour le 28/01/2018 à 20:03 Publié le 28/01/2018 à 19:58
Illustration.

Illustration. Photo AFP

Volkswagen présente ses excuses après avoir forcé des singes à inhaler des gaz d'échappement

Selon les révélations du New York Times, le constructeur automobile a exposé en 2014 des singes à des émanations de gaz d'échappement lors d'un test pour prouver leur non nocivité.

Assis dans une pièce hermétique devant des dessins animés en train d'inhaler des gaz d'échappement d'une Volkswagen Coccinelle diesel!

C'est le test que le géant de l'automobile a pratiqué aux Etats-Unis en 2014 sur 10 singes de laboratoire, selon des révélations du New York Times.

L'objectif? Prouver que les véhicules diesel disposant des dernières technologies étaient plus beaucoup plus propres que les anciens modèles.

"Une erreur"

L'étude était menée par un centre de recherche fondé par Volkswagen, Daimler, BMW et Bosch qui a cessé ses activités en 2017, sans avoir conclu l'étude sur les singes.

Daimler a annoncé qu'il allait ouvrir une enquête interne sur le sujet. BMW assure ne pas avoir participé à cette étude et Bosch assure avoir quitté le centre de recherche en 2013.

Ce dimanche, le constructeur allemand a réagi via un communiqué cité par l'agence Bloomberg le 28 janvier: "Nous estimons que cette méthode scientifique était une erreur et nous présentons nos excuses pour celle-ci".

En septembre 2015, des révélations avaient dénoncé l'existence d'un logiciel installé sur des moteurs diesel du groupe Volkswagen qui permettait de tricher lors de tests antipollutions.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres