“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

INTERVIEW. Shi Weiliang: "Huawei va encore embaucher en France, y compris à Soph...

Le tireur présumé Samine Said Ahmed (à droite) a toujours nié sa participation au double assassinat. Son avocat, Me Denis Fayolle, estime que le tireur, tel qu'il a été décrit par les témoins, est plus petit que son client.

Procès Pastor : des témoins nez à nez avec le tueur

35 personnes ont nettoyé l'amphithéâtre Alain Prado, parce que la nature est un patrimoine à préserver.

Tout doit disparaître !

Monaco : 1ère Journée des premiers secours

Heure d'été ou heure d'hiver? Chaque pays de l'Union Européenne devra trancher a...

Une nouvelle commune des Alpes-Maritimes prend un arrêté anti-burkini

Mis à jour le 17/08/2016 à 16:13 Publié le 17/08/2016 à 16:07
Une plage de Cap d'Ail.

Une plage de Cap d'Ail. Photo Nice-Matin

Une nouvelle commune des Alpes-Maritimes prend un arrêté anti-burkini

Après Cannes, Villeneuve-Loubet et Mandelieu, Cap d'Ail a pris un arrêté municipal interdisant le burkini.

"On nous a rapporté qu'une personne se baignait en burkini sur la plage de la Mala", l'une des deux plages de la commune, indique-t-on dans l'entourage du maire pour expliquer cette décision.

Comme dans les autres villes du département ayant pris ce type de décision, l'arrêté pris mardi par le maire Les Républicains Xavier Beck stipule que "l'accès aux plages et la baignade sur la commune de Cap d'Ail sont interdits à compter de la signature du présent arrêté jusqu'au 21 septembre 2016, à toute personne n'ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité, respectant les règles d'hygiène et de sécurité des baignades adaptées au service public balnéaire".

 

L'arrêté indique encore que "dans le contexte particulier" des attentats terroristes en France, "une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse (...) est de nature à créer des troubles à l'ordre public (...) qu'il est nécessaire de prévenir."

Les communes du Touquet et d'Oye-Plage (Pas-de-Calais), de Sisco (Haute-Corse), et de Leucate (Aude) ont pris des arrêtés similaires ou annoncé leur intention de le faire.


La suite du direct