“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

INTERVIEW. Shi Weiliang: "Huawei va encore embaucher en France, y compris à Soph...

Le tireur présumé Samine Said Ahmed (à droite) a toujours nié sa participation au double assassinat. Son avocat, Me Denis Fayolle, estime que le tireur, tel qu'il a été décrit par les témoins, est plus petit que son client.

Procès Pastor : des témoins nez à nez avec le tueur

35 personnes ont nettoyé l'amphithéâtre Alain Prado, parce que la nature est un patrimoine à préserver.

Tout doit disparaître !

Monaco : 1ère Journée des premiers secours

Heure d'été ou heure d'hiver? Chaque pays de l'Union Européenne devra trancher a...

Un soldat roquebrunois de 14-18 fait citoyen d'honneur à titre posthume

Mis à jour le 18/07/2018 à 05:14 Publié le 18/07/2018 à 05:14
Lors d'une cérémonie en juin, la 27e brigade d'infanterie de montagne à Gap a donné à la promotion nationale des engagés volontaires des chasseurs alpins 2018 le nom de François Ratto.	(DR)

Un soldat roquebrunois de 14-18 fait citoyen d'honneur à titre posthume

Roquebrune-cap-Martin En conseil municipal, les élus de Roquebrune ont décerné ce titre honorifique à François Ratto, mort pour la France en 1914 sur le champ de bataille. Voici son histoire...

François Ratto. Le nom est connu, ici, à Roquebrune-Cap-Martin. Le prénom, peut-être, un peu moins. Pourtant, ce défunt personnage a une rue à son nom au cœur du quartier de Carnolès et le square du 8-Mai lui dédie un endroit commémoratif. Lundi, en conseil municipal, les élus lui ont même décerné le titre de citoyen d'honneur de la commune à titre posthume. Qui est-il vraiment ? Qu'a-t-il accompli pour autant d'honneurs ?

François Marius Ratto naît le 17 avril 1898 à Roquebrune-Cap-Martin. Le garçon est vif, déluré, un brin turbulent. Dans sa demeure du quartier de Carnolès, le fils...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct