“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cette élue propose quatre solutions pour désengorger le trafic sur l'autoroute A...

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

"Sauvons celles qui sont encore vivantes": l'appel de 88 personnalités pour lutt...

INTERVIEW. Shi Weiliang: "Huawei va encore embaucher en France, y compris à Soph...

Le tireur présumé Samine Said Ahmed (à droite) a toujours nié sa participation au double assassinat. Son avocat, Me Denis Fayolle, estime que le tireur, tel qu'il a été décrit par les témoins, est plus petit que son client.

Procès Pastor : des témoins nez à nez avec le tueur

Quand des habitants décident de changer la vie de quartier

Mis à jour le 12/10/2016 à 19:57 Publié le 13/10/2016 à 11:30

Quand des habitants décident de changer la vie de quartier

Face à la défiance des citoyens qui ne croient plus les promesses de "participation" aux décisions, politiques et associatifs tentent de nouvelles recettes. A Nice, le Fonds de participation des habitants permet de proposer et faire financer rapidement des micro-projets pour son quartier.

Yves regarde la photo qui le montre souriant avec ses camarades derrière un amas de sac poubelles. Elle a été prise en novembre 2015, dans le quartier Pasteur, sur la rive ouest du Paillon. Ce matin-là, il avait nettoyé les berges du fleuve.

C'est l'une des premières actions financées à Nice par le Fonds de participation des habitants, mis en place en 2015 dans la Métropole.  

Financé en grande partie par l'Etat, il existe pourtant depuis la fin des années 1990. Mais comme le confirme un rapport du ministère rédigé au début de l'été, peu de villes s’en sont saisies: en moyenne 40% des zones urbaines sensibles en France en sont dépourvues. 

La participation citoyenne? Un mythe pour la plupart des habitants des...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct