“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le tireur présumé Samine Said Ahmed (à droite) a toujours nié sa participation au double assassinat. Son avocat, Me Denis Fayolle, estime que le tireur, tel qu'il a été décrit par les témoins, est plus petit que son client.

Procès Pastor : des témoins nez à nez avec le tueur

35 personnes ont nettoyé l'amphithéâtre Alain Prado, parce que la nature est un patrimoine à préserver.

Tout doit disparaître !

Monaco : 1ère Journée des premiers secours

Heure d'été ou heure d'hiver? Chaque pays de l'Union Européenne devra trancher a...

Après une carrière militaire et trois décennies au service de la Principauté, l'heure de la retraite a sonné pour le colonel Fringant.

Le colonel Fringant

Oui, Pôle Emploi se bouge pour lutter contre le chômage. Découvrez comment

Mis à jour le 25/11/2016 à 11:14 Publié le 28/11/2016 à 18:00
Un virage entamé il y a un trois ans a permis un changement d'organisation.

Un virage entamé il y a un trois ans a permis un changement d'organisation. Photo Frantz Chavaroche

Oui, Pôle Emploi se bouge pour lutter contre le chômage. Découvrez comment

"Si les gens trouvent que l’on n’est pas efficace, c’est qu’il ne nous connaissent pas assez", estime la directrice territoriale des Alpes-Maritimes. Et c’est vrai que ces dernières années, la structure a changé son organisation et ses outils.

Non, Pôle emploi n’est pas devenu le magicien qui résoudra la question du chômage en trois rendez-vous. Mais on ne peut pas dire non plus que la structure attend une conjoncture plus favorable en se tournant les pouces, n’en déplaise à certains.

Un accompagnement le plus personnalisé possible

C’est La grande évolution. Parce qu’"on ne peut pas traiter tout le monde de la même façon car tout le monde n’a pas besoin du même service, explique Ghislaine...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct