“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

35 personnes ont nettoyé l'amphithéâtre Alain Prado, parce que la nature est un patrimoine à préserver.

Tout doit disparaître !

Monaco : 1ère Journée des premiers secours

Heure d'été ou heure d'hiver? Chaque pays de l'Union Européenne devra trancher a...

Après une carrière militaire et trois décennies au service de la Principauté, l'heure de la retraite a sonné pour le colonel Fringant.

Le colonel Fringant

Les reproches du préfet des Alpes-Maritimes à Benoît Hamon après sa rencontre av...

Les automobilistes immatriculés à Monaco sont-ils au-dessus des lois en France?

Mis à jour le 22/11/2017 à 08:24 Publié le 21/11/2017 à 17:30
Ce nouveau radar installé dans le sens Italie-France juste avant la sortie Saint-Isidore, crépite assez souvent dans une descente où la vitesse est limitée à 90 km/h.

Ce nouveau radar installé dans le sens Italie-France juste avant la sortie Saint-Isidore, crépite assez souvent dans une descente où la vitesse est limitée à 90 km/h. Photo François Vignola

Les automobilistes immatriculés à Monaco sont-ils au-dessus des lois en France?

Les conducteurs de voitures immatriculées à Monaco sont-ils au-dessus des lois en France? La justice des deux pays affirme que non. Même s’il règne un sentiment d’impunité sur les autoroutes...

"J’en connais un qui doit avoir bien peur. Il va tous les week-ends dans le Var et il roule à 180 km/h sur l’autoroute…" Comme ce Monégasque, ils sont nombreux à trembler. Tous ces automobilistes friands de vitesse sur les routes françaises se demandent pourquoi ils sont convoqués à la Sûreté publique.

L’inquiétude passe à la vitesse supérieure lorsque les policiers de la Principauté cherchent à savoir s’ils étaient bien au volant de leur voiture, tel jour à telle heure, lorsque le flash a crépité.

Ces dernières semaines, la Sûreté publique a convoqué des dizaines de propriétaires de véhicules immatriculés à Monaco, à la demande du parquet général. Cette procédure fait suite à la transmission en avril dernier, par le parquet de Rennes, d’une série de dossiers d’excès de vitesse très...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct