“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

35 personnes ont nettoyé l'amphithéâtre Alain Prado, parce que la nature est un patrimoine à préserver.

Tout doit disparaître !

Monaco : 1ère Journée des premiers secours

Heure d'été ou heure d'hiver? Chaque pays de l'Union Européenne devra trancher a...

Après une carrière militaire et trois décennies au service de la Principauté, l'heure de la retraite a sonné pour le colonel Fringant.

Le colonel Fringant

Les reproches du préfet des Alpes-Maritimes à Benoît Hamon après sa rencontre av...

L'égalité hommes/femmes progresse par la loi à Monaco

Mis à jour le 08/03/2017 à 11:51 Publié le 08/03/2017 à 05:07
Anne Eastwood, haut-Commissaire à la protection des Droits, des Libertés et à la Médiation.

Anne Eastwood, haut-Commissaire à la protection des Droits, des Libertés et à la Médiation. Photo Sébastien Botella

L'égalité hommes/femmes progresse par la loi à Monaco

Si le sens commun admet que la discrimination est inadmissible, il s'agit de poursuivre chaque jour un combat, bien sûr sans arme, mais avec une détermination sans faille

Pas de statistiques ni de loi sur l'égalité des salaires entre les hommes et les femmes, sur l'accès aux postes à responsabilité, sur les évolutions de carrière,... Pas de quotas pour une même représentativité au sein des institutions politiques… Forcément, on aurait tort de croire qu'à Monaco, la discrimination par le sexe n'existe pas. On ferait tout autant fausse route en pensant que ce sujet, si méprisé, n'intéresse pas, ou si peu, le législateur. À Monaco, il faut d'abord savoir rester dans la ligne du concordat - et donc par exemple renoncer à l'interruption volontaire de grossesse. Il faut aussi prendre en compte qu'une loi donnant à la femme autant qu'à l'homme peut multiplier par deux les coûts - c'est notamment le cas avec la notion de chef de famille en matière d'allocations familiales.

Aux côtés des administrés, hommes, femmes, Monégasques, étrangers, cadres ou ouvriers, Anne Eastwood, haut-Commissaire à la protection des Droits, des Libertés et à la Médiation, dresse le tableau d'un pays qui s'achemine donc, à petits pas, vers une modernisation de la loi.

Depuis la création du Haut-commissariat, avez-vous reçu des réclamations de femmes se plaignant d’un traitement inégal en raison de leur sexe? Dans quel domaine?
Les réclamations en matière de discrimination restent à ce jour très marginales (5 en 2014-2015, 7 en 2015-2016, sur un total de 160 réclamations traitées).
La plupart ont trait à des discriminations dans l’emploi mais plutôt sous l’angle de la...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct