“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cette élue propose quatre solutions pour désengorger le trafic sur l'autoroute A...

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

"Sauvons celles qui sont encore vivantes": l'appel de 88 personnalités pour lutt...

INTERVIEW. Shi Weiliang: "Huawei va encore embaucher en France, y compris à Soph...

Le tireur présumé Samine Said Ahmed (à droite) a toujours nié sa participation au double assassinat. Son avocat, Me Denis Fayolle, estime que le tireur, tel qu'il a été décrit par les témoins, est plus petit que son client.

Procès Pastor : des témoins nez à nez avec le tueur

Le Prince de Galles, doyen mentonnais de 150 ans

Mis à jour le 07/01/2016 à 05:10 Publié le 07/01/2016 à 05:10
Thomas Laurenti et sa mère Annie, actuels propriétaires du Prince de Galles, ont modernisé l'établissement ces 30 dernières années. Ci-contre, une vue ancienne.

Thomas Laurenti et sa mère Annie, actuels propriétaires du Prince de Galles, ont modernisé l'établissement ces 30 dernières années. Ci-contre, une vue ancienne. Cyril Dodergny

Le Prince de Galles, doyen mentonnais de 150 ans

L'hôtel de l'avenue du Général-de-Gaulle fête un siècle et demi d'accueil de tourisme. À l'origine résidence d'été des carabiniers du prince monégasque, il symbolise aujourd'hui une belle saga familiale

En limite des communes de Roquebrune-Cap-Martin et de Menton, il s'érige en front de mer. Majestueux dans son style architectural de la pure tradition ligure du XVIIIe siècle. Enclavé et pressuré par des constructions modernes qui l'étouffent quelque peu. On manque de recul pour admirer ses façades roses et ses encorbellements en pierre de taille. Dommage, car sa silhouette qui domine l'avenue du Général-de-Gaulle, fait écho au Palais de Carnolès depuis 1720.

Une histoire longue de près de deux siècles qui s'est nourrie de réussites et d'heures moins glorieuses, mais qui perdure, toujours aujourd'hui. Sous les traits de la famille Laurenti, qui conduit l'ère moderne et contemporaine de cette aventure. Depuis 1981, date à laquelle Richard et Annie ont racheté l'hôtel. Lui,...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct