“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La menace terroriste sur le sol français est "intacte"... 18.000 individus radicalisés sont suivis

Mis à jour le 14/11/2017 à 17:30 Publié le 14/11/2017 à 17:27
Illustration Daesh.

Illustration Daesh. Photo AFP

La menace terroriste sur le sol français est "intacte"... 18.000 individus radicalisés sont suivis

Ce mardi matin, sur RTL, le patron de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) a évoqué la lutte contre le terrorisme et la surveillance des personnes radicalisées.

La menace terroriste sur le sol français demeure très forte, et ce malgré le délitement de Daesh en zone irako-syrienne.

"La volonté de Daesh de frapper la France est intacte" a déclaré Laurent Nuñez, patron de la DGSI sur RTL, ce mardi matin. 

Il a ainsi pointé la montée en puissance de la menace terroriste endogène, c'est-à-dire des individus en France susceptibles de répondre favorablement à la propagande de Daech et et passent à l'acte sur le territoire national.

Actuellement plus de 18.000 individus sont inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSTRP). Un chiffre en forte hausse en moins d'un an révèle Laurent Nunez. 

"L'hypothèse d'un attentat kamikaze ne peut être exclue"

Et parmi ces 18.000 individus, 4.000 sont considérés comme les plus dangereux, et sont "suivis" par la DGSI dont les effectifs ont augmenté de 36% depuis 2013. Et seront renforcés d'ici 2018 avec le recrutement de 400 personnes pour atteindre le chiffre de 4400 agents.

Dans le journal Le Figaro, le directeur de la DGSI a souligné par ailleurs que "l'hypothèse d'une attaque à la voiture piégée ou d'un attentat kamikaze ne peut être exclue, même si nous n'avons pas encore détecté de tels projets. Tout ce qui se passe sur les théâtres d'opérations est transposable sur notre territoire."


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres