“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

100.000 € pour la recherche, grâce à la Fondation Flavien

Les élèves de l'école des Cigales ont chanté pour les étudiants.

Quand les CM2 de l'école des Cigales entrent à Sciences Po !

La princesse Stéphanie, aux côtés de pionniers du cirque comme Urs Pilz et Alain Frère , a pu profiter du spectacle au premier rang.

Le cirque se sublime pour la Journée mondiale

Kim Jong Un annonce la fin des essais nucléaires nord-coréens

Après les révélations de Nice-Matin sur le scandale de l'anhydrite à Tende, des ...

INTERVIEW. "Harcelée, j’avais la boule au ventre en permanence", une ancienne victime de harcèlement scolaire s'exprime

Mis à jour le 10/11/2017 à 22:08 Publié le 10/11/2017 à 22:06
Illustration harcèlement scolaire.

Illustration harcèlement scolaire. Michael Alesi

INTERVIEW. "Harcelée, j’avais la boule au ventre en permanence", une ancienne victime de harcèlement scolaire s'exprime

Victime de harcèlement scolaire durant son enfance à Sospel, Elodie revient sur les moqueries et coups subis. à 36 ans, elle brise la glace pour inviter tout " souffre-douleur " à s’exprimer. Après la Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, jeudi, des paroles se libèrent.

L’âge aidant, des témoignages se font entendre, comme celui d’Élodie qui l’a subi dans les écoles de Sospel.

Âgée aujourd’hui de 36 ans, Élodie en avait moins de 10 quand cela a commencé. Elle a accepté de témoigner, avant d’appeler les parents à se rendre à la réunion d’informations proposée par le collège Jean-Médecin la semaine prochaine .

Durant sa scolarité, l’enfant de Piène-Haute a fréquenté les écoles maternelle et élémentaire, puis le collège à Sospel. Comme dans tous les villages, les groupes d’élèves se suivaient de classe en classe. Chaque année, toujours la même petite victime, toujours les mêmes petits harceleurs.

Vous souvenez-vous de comment cela a débuté ?
J’étais en CE2. J’étais pourtant une enfant lambda, sans signes particuliers. ça a commencé par une première parole blessante sans que je ne m’en défende. La brèche était...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres