“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

35 personnes ont nettoyé l'amphithéâtre Alain Prado, parce que la nature est un patrimoine à préserver.

Tout doit disparaître !

Monaco : 1ère Journée des premiers secours

Heure d'été ou heure d'hiver? Chaque pays de l'Union Européenne devra trancher a...

Après une carrière militaire et trois décennies au service de la Principauté, l'heure de la retraite a sonné pour le colonel Fringant.

Le colonel Fringant

Les reproches du préfet des Alpes-Maritimes à Benoît Hamon après sa rencontre av...

DOSSIER. Mireille, 75 ans, a une stratégie pour mettre en échec la solitude. Et ça marche!

Mis à jour le 02/06/2017 à 15:08 Publié le 10/05/2017 à 11:45

DOSSIER. Mireille, 75 ans, a une stratégie pour mettre en échec la solitude. Et ça marche!

COMMENT ROMPRE LA SOLITUDE. EPISODE 4. Elle est plus dangereuse que l’obésité et tue presque autant que le tabac. Quelles pistes pour s'en sortir? On vous raconte l'histoire de Mireille, volet 1.

Qui? Mireille*, 75 ans, retraitée. En 2002, Mireille s'est retrouvée seule dans son grand appartement du quartier du Port à Nice. Pour rompre l'isolement elle décide d'ouvrir des chambres d'hôtes et elle héberge un jeune travailleur. Et Mireille a mis en place un véritable plan d'action pour combattre la solitude. Elle partage ses solutions.

La solitude

La solitude, elle l’a vécue. Divorcée, Mireille a quitté Paris pour s’occuper de sa mère à Nice. Cinq ans plus tard, en 2002, elle se retrouve seule dans le grand appartement familial du quartier du Port. Sur la cheminée de son salon et dans sa cuisine elle a disposé les photos de ses enfants et ses petits-enfants. Ils vivent à l’étranger, et ne viennent que rarement la voir. Alors...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct