“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cette élue propose quatre solutions pour désengorger le trafic sur l'autoroute A...

L'Aquarius privé de pavillon, deux ONG dénoncent "la pression" de l'Italie sur l...

"Sauvons celles qui sont encore vivantes": l'appel de 88 personnalités pour lutt...

INTERVIEW. Shi Weiliang: "Huawei va encore embaucher en France, y compris à Soph...

Le tireur présumé Samine Said Ahmed (à droite) a toujours nié sa participation au double assassinat. Son avocat, Me Denis Fayolle, estime que le tireur, tel qu'il a été décrit par les témoins, est plus petit que son client.

Procès Pastor : des témoins nez à nez avec le tueur

DOSSIER. Dans quels types de jobs et d'entreprises seriez-vous le plus épanoui?

Mis à jour le 25/03/2017 à 15:40 Publié le 26/03/2017 à 08:00

DOSSIER. Dans quels types de jobs et d'entreprises seriez-vous le plus épanoui?

A LA RECHERCHE DU BONHEUR AU TRAVAIL. EPISODE 6. Etes-vous vraiment mal dans votre emploi? Pourquoi? Devez-vous changer de métier ou plus simplement d’entreprise? Comment s’assurer que vous serez mieux ailleurs? Etes-vous armé pour monter votre boîte? C’est, entre autres, pour répondre à ces questions que le bilan de compétences existe. Bien souvent pris en charge, il permet d’y voir plus clair, sans nécessairement en informer votre employeur.

“J’ai des gens qui me disent: ‘je suis ingénieur, j’ai payé ma maison, mes enfants sont grands, il me reste 10-15 ans à travailler, ces années-là, elles sont pour moi'", raconte Véronique Hafner, psychologue du travail consultante chez Maia Conseil à Sophia Antipolis. Autrement dit, il n’y a pas d’âge, ni de qualification ou de profession “type” qui conduisent à s’interroger sur son job, ce qu’il procure, ce qu’il coûte.

Tout le monde aujourd’hui connaît au moins une personne qui a fait un bilan de compétence. Est-ce grave, docteur? Non, puisque cela révèle une volonté de prendre son destin en main. Mais un peu oui, puisque cela induit en même temps un certain mal-être. “Il y a toujours une insatisfaction, voire une souffrance”, constate Véronique Hafner.

L’insatisfaction peut être externe à la personne: “management, modification du contenu du travail, problème dans les relations avec l’équipe, avec le public (et on a...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct