“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Mémorial du 14-Juillet: Promenade des Anges lance une consultation auprès des vi...

Un prof de philo niçois débriefe les 6 sujets du Bac 2018

Cutter, "Manu" Macron, EuroFestival Harley: voici votre brief info de ce lundi s...

Champion pour la grève et le retard, le contrôle aérien français épinglé dans un...

Bac 2018: voici les sujets de l'épreuve de philo sur lesquels ont planché les ly...

Connaissez-vous le "binge drinking", phénomène alarmant qui augmente chez les adolescents?

Mis à jour le 11/02/2018 à 08:34 Publié le 11/02/2018 à 08:23
Une consommation excessive d'alcool doit être perçue par l'entourage comme un signal d'alarme.

Une consommation excessive d'alcool doit être perçue par l'entourage comme un signal d'alarme. Photo Franck Fernandes

Connaissez-vous le "binge drinking", phénomène alarmant qui augmente chez les adolescents?

Si la consommation d'alcool diminue globalement chez les adolescents selon l'étude Escapad 2017, le "binge drinking", ou ivresse frénétique, augmente considérablement.

Le Dr Faredj Cherikh est concerné au premier plan par l'alcoolisation des jeunes: ce chef du service d'addictologie du CHU de Nice en reçoit régulièrement.

Il a pu mesurer l'évolution de leurs comportements ces dernières années, notamment le binge drinking, qui consiste à ingurgiter un maximum d'alcool le plus vite possible, afin d'atteindre l'ivresse.

"Effectivement, les adolescents boivent de l'alcool de plus en plus tôt. Mais il faut bien distinguer ceux qui vont juste goûter, de ceux qui vont consommer régulièrement, voire en devenir dépendants. Le problème de ces phénomènes d'alcoolisation, surtout le binge drinking, est que jusqu'à l'âge de 25 ans, le système nerveux central est encore en pleine évolution. Si on boit massivement, on l'endommage de manière irrémédiable."

On distingue ainsi plusieurs types de consommateurs. Celui qui va juste "tester": "Si cela reste une expérimentation occasionnelle, il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Les ados vont boire...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres