“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cette adresse mail permet aux victimes de harcèlement ou agression sexuelle de se rassembler pour porter plainte

Mis à jour le 03/11/2017 à 18:28 Publié le 03/11/2017 à 18:25
Illustration.

Illustration. Photo D.M.

Cette adresse mail permet aux victimes de harcèlement ou agression sexuelle de se rassembler pour porter plainte

Sandrine Rousseau, ex-élue écologiste, est présidente de l'association Parler, qui aide les victimes de violences sexuelles. Elle a lancé, ce 30 octobre, une méthode pour regrouper les victimes de harcèlement et agressions sexuelles.

L'union fait la force et Sandrine Rousseau l'a bien compris. 

L'ex-élue écologique a annoncé la création d'une adresse mail destinée aux victimes de harcèlement ou d'agression sexuelle. 

Le principe est simple. Vous devez envoyer l'identité de votre agresseur par mail à l'adresse suisjeseule@gmail.com. Vous recevrez un court questionnaire qu'il faudra remplir et renvoyer. 

A partir de cinq signalements d'une même personne, les victimes seront informées. Le but? Se regrouper pour former une plainte groupée, plus facile à faire que lorsqu'on est isolé. "Elles resteront libres de le faire ou pas", nuance le communiqué de l'association, publié le 30 octobre. 

"Obliger la justice à regarder"

"De nombreuses solutions existent déjà mais rien n’est suffisant à ce stade. […] Il faut [donner aux victimes] les moyens de passer d’une forme de colère exprimée sur les réseaux sociaux au dépôt de plainte. C’est une manière d’obliger la justice à regarder ce qu’elle ne veut pas regarder", indique Sandrine Rousseau au micro de RTL.

Une vingtaine de messages ont été envoyés à l'adresse mail suisjeseulegmail.com en moins de 24 heures, précise le média. 

La présidente de l'association Parler avait porté plainte contre Denis Baupin, alors vice-président de l'Assemblée nationale, pour harcèlement et agression sexuelle en mai 2016. Une plainte classée sans suite. 


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres