“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme instrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Quand le Rocher accueille une famille de faucons

Mis à jour le 18/05/2017 à 10:33 Publié le 18/05/2017 à 10:31
Falco peregrinus

Falco peregrinus Photo DR et S.F

Quand le Rocher accueille une famille de faucons

La Direction de l’Environnement a noté, début mai, la naissance de deux faucons pèlerins sur les falaises du Rocher. Une espèce protégée qui atteste du caractère écologique du lieu.

Ils sont nés au bord de la Méditerranée, juste au-dessus du port de Fontvieille. Deux oisillons répondant au doux nom de Falco peregrinus ou, plus communément, faucons pèlerins. Des spécimens qui ont élu résidence au sein de cavités creusées dans les falaises du Rocher, repérés au début du mois par les services de la Direction de l’Environnement qui se réjouit de la trouvaille.

«Les flancs de montagne et de falaises sont leur habitat naturel, détaille Vincent Galio chef de section. Ils aiment avoir de la hauteur car ce sont des rapaces qui chassent d’autres oiseaux en plein vol.» Son collègue Raphaël Simonet relance, en ajoutant: «C’est un régulateur de population en ce qui concerne les pigeons notamment. On ne peut pas quantifier exactement son impact mais, ce qui est sûr, c’est que ce serait pire sans lui.»

Une preuve verte

C’est grâce à un travail d’inventaire qui remonte à 2010, couplé à des observations quotidiennes, que la Direction de l’Environnement a noté la présence de ces spécimens. Selon ces spécialistes, la présence de ces faucons en Principauté atteste des conditions «excellentes du point de vue environnemental» qui y règnent.

À cause de la pollution, la population en France de faucons pèlerins a drastiquement chuté pour se résumer à une quarantaine de couples dans les années soixante. Aujourd’hui, ce chiffre a bien grimpé notamment en raison de la multiplicité d’espaces dédiés à leur reproduction.

«Les faucons ont plusieurs zones de nidification dans la région notamment vers la Turbie, explique Vincent Galio.Mais comme beaucoup d’autres rapaces, ils délimitent un périmètre de chasse gardée qui leur est propre. En conséquence, la famille qui habite ces excavations est sûrement la seule à Monaco.»

Pour les curieux qui voudraient observer ces rapaces, ils sont reconnaissables à leur allure trapue, aux ailes en forme de faux et leur plumage dorsal très sombre. Mais attention, les spécialistes vous déconseillent de trop envahir l’animal, au risque qu’il s’envole vers d’autres recoins de falaises plus calmes.

L’endroit exact de leur nid est d’ailleurs tenue secret… À vos jumelles! 

LIRE AUSSI. Haro sur les pigeons à l'aide des faucons.


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres