“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cette vaste opération est financée par l'Agence française pour la biodiversité (AFB) à hateur d'un million d'euros. L'entreprise Michelin apporte une contribution de 200 000 euros.

Plus de vingt mille pneus repêchés sous la mer

Lundi, Salim, Walid et Yanis, joueurs et éducateurs du football Club de Beausoleil, ont paraphé le contenu de leur « mission », en en présence des personnalités à la Mission locale.

Trois joueurs du Football club s'impliquent auprès de la jeunesse

Empruntez "La Route du goût" pour célèbrer la gastronomie bio à Monaco

Sauver le littoral (2/2). Epis, digues, bambous... comment protéger les plages d...

Sauver le littoral (1/2). Cette application vous permet de découvrir si votre pl...

Pierre Magnani, maraîcher bio au nom du respect de la terre

Mis à jour le 28/03/2016 à 05:11 Publié le 28/03/2016 à 05:11
Pierre Magnani, cultive en laissant faire la nature, depuis 16 ans.

Pierre Magnani, cultive en laissant faire la nature, depuis 16 ans. Cyril Dodergny

Pierre Magnani, maraîcher bio au nom du respect de la terre

Quand il a fait le choix du maraîchage, le bio s'est imposé comme une évidence pour Pierre Magnani.

Quand il a fait le choix du maraîchage, le bio s'est imposé comme une évidence pour Pierre Magnani. Et pourtant, ses parents, horticulteurs colline de Saquier à Nice, le mettent en garde.

« Ils avaient cultivé des œillets toute leur vie, utilisée des pesticides, et ils sont violents dans le domaine floral. » Alors faire du bio... Ils se demandent quelle mouche l'a piqué. « Je n'avais pas envie de m'intoxiquer en cultivant les tomates, fèves, petits pois. » Et puis son épouse Anne est enceinte. « Je voulais que cette nouvelle vie soit bien pour nous, » confie-t-elle. Après trois ans de conversion, en l'an 2000, la terre des « Potagers de Saquier »...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct