“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ils ont pédalé pour la sauvegarde des océans

PHOTOS. Balade à cheval avec Madonna, bateau électrique, dîner étoilé dans l'Him...

Cette vaste opération est financée par l'Agence française pour la biodiversité (AFB) à hateur d'un million d'euros. L'entreprise Michelin apporte une contribution de 200 000 euros.

Plus de vingt mille pneus repêchés sous la mer

Lundi, Salim, Walid et Yanis, joueurs et éducateurs du football Club de Beausoleil, ont paraphé le contenu de leur « mission », en en présence des personnalités à la Mission locale.

Trois joueurs du Football club s'impliquent auprès de la jeunesse

Empruntez "La Route du goût" pour célèbrer la gastronomie bio à Monaco

Les ondes au travail sont-elles dangereuses? On a fait le test dans nos bureaux

Mis à jour le 21/02/2017 à 12:22 Publié le 16/02/2017 à 17:26
Christophe Salini, en mission à Nice-Matin

Christophe Salini, en mission à Nice-Matin Photo Philippe Bertini

Les ondes au travail sont-elles dangereuses? On a fait le test dans nos bureaux

Depuis le 1er janvier, un décret oblige tout employeur à évaluer et protéger ses salariés contre les risques liés aux ondes électromagnétiques émises par les installations électriques de l’entreprise. Sommes-nous “trop” soumis aux ondes au travail? On a fait un diagnostic à Nice-Matin.

En cette fin de journée, l’open-space de la rédaction est une véritable ruche. Ecrans télés branchés sur les chaînes d’info, téléphones sans fil et smartphones qui sonnent. Journalistes, secrétaires de rédactions, rédac chefs ont les yeux rivés sur leurs écrans. Fixes ou portables. Difficile d’échapper aux ondes. Mais sommes-nous trop exposés?

Pour en avoir le cœur net, on profite de la présence de Christophe Salini, consultant en environnement électromagnétique pour faire un diagnostic.
Il ouvre sa mallette. Sort son matériel de pro. Avec un testeur de champs électriques qui ressemble à un gros stylo, il parcourt les bureaux. D’abord celui de Karine, notre graphiste. "C’est bon". L’appareil reste silencieux. Mais sur le bureau de Caroline, une vieille lampe halogène, pourtant éteinte, rayonne. Le "stylo" sonne. On la débranche.

Pour poursuivre le diagnostic, Christophe Salini, équipé d’un "analyseur de spectre", passe entre les bureaux. Et pas...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct