“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cette vaste opération est financée par l'Agence française pour la biodiversité (AFB) à hateur d'un million d'euros. L'entreprise Michelin apporte une contribution de 200 000 euros.

Plus de vingt mille pneus repêchés sous la mer

Lundi, Salim, Walid et Yanis, joueurs et éducateurs du football Club de Beausoleil, ont paraphé le contenu de leur « mission », en en présence des personnalités à la Mission locale.

Trois joueurs du Football club s'impliquent auprès de la jeunesse

Empruntez "La Route du goût" pour célèbrer la gastronomie bio à Monaco

Sauver le littoral (2/2). Epis, digues, bambous... comment protéger les plages d...

Sauver le littoral (1/2). Cette application vous permet de découvrir si votre pl...

Les 4 bonnes idées des étudiants de Monaco pour sauver les océans

Mis à jour le 04/05/2018 à 08:38 Publié le 04/05/2018 à 05:31
Les jeunes cerveaux de l’UIM ont mis le paquet pour présenter leurs projets.

Les jeunes cerveaux de l’UIM ont mis le paquet pour présenter leurs projets. Photo L.M.

Les 4 bonnes idées des étudiants de Monaco pour sauver les océans

Pour sensibiliser les jeunes à la protection des océans, le Musée océanographique a lancé un concours de projets auprès de l'Université internationale de Monaco. Les étudiants ont eu 4 idées pas si mauvaises que ça.

Quatre groupes d'étudiants ont présenté jeudi leurs projets devant un jury composé de Frédéric Genta, délégué interministériel chargé de la transition numérique de la principauté de Monaco, Jean-Philippe Muller, directeur de l'UIM, Peter Kütemann, président de Monaco Impact, et Robert Calcagno, directeur du Musée océanographique.

Tous ont confié avoir été impressionnés par les dossiers présentés. Et si la plupart des étudiants ne s'étaient pas vraiment intéressés à la faisabilité de leur projet, Robert Calcagno a convenu que chaque dossier contenait une idée intéressante.

1. La "digital escape room"

C'est le grand jeu à la mode. Enfermé dans une pièce pleine d'indices, on doit résoudre des énigmes pour trouver la clef et sortir. Sauf qu'ici on parle d'une "escape room" digitale.

Entièrement composée d'écrans tactiles, elle permet de changer le décor à volonté. Un jeu pour les plus petits pourrait consister à faire apparaître un fond marin sur les murs, pollué par les plastiques. Il faudrait alors repérer et collecter les déchets pour permettre aux animaux marins de nager librement.

2. Une application en réalité augmentée

Derrière ce nom barbare se cache l'idée d'utiliser l'appareil photo du smartphone pour jouer. L'environnement apparaît sur l'écran, et des éléments de jeu sont ajoutés.

Ainsi, le visiteur pourrait partir à la chasse au poulpe dans le musée. Comme la plupart des applications gratuites, sous des dehors ludiques, il s'agit ici de récupérer un maximum de données sur les visiteurs du musée: âge, genre, nationalité, localisation à l'intérieur et à l'extérieur du musée, les endroits les plus visités et les moins visités, et le temps moyen passé à chaque endroit.

Interrogé sur l'éthique de la démarche, Stefan Schmack, étudiant à l'UIM, a su rassurer le jury: "Quand on a un smartphone, on sait que nos données sont utilisées par Facebook ou Google. Et personne ne soupçonnera le musée de faire une mauvaise utilisation des données."

3. Un concours de design de sac en plastique recyclable

Concevoir un sac qui sera produit en plastiques recyclés. Les étudiantes qui présentent le projet expliquent: "Le sac peut prendre plein de formes différentes: sac de sport, sac de course, sac de plage…"

C'est donc un objet qui cible large. Elles ont même déjà pensé à un partenariat: "Adidas produit déjà des chaussures en textile composé de plastiques recyclés, et ils produisent aussi des sacs."

Les sacs seraient ensuite vendus et 10 % des bénéfices seraient reversés à l'Institut océanographique de Monaco. Le Musée est promu auprès des jeunes, et empoche un revenu. Adidas n'a pas donné son avis sur l'idée.

4. Un concours de visuels choquants

Les images choc, ça fonctionne très bien pour la prévention routière. Pourquoi ne pas jouer sur la fibre compétitrice des jeunes, particulièrement développée sur les réseaux sociaux, pour les pousser à montrer dans quel état sont les rivages et les fonds marins ? Un outil pour procéder à autant d'électrochocs que de visualisations.


La suite du direct