“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cette vaste opération est financée par l'Agence française pour la biodiversité (AFB) à hateur d'un million d'euros. L'entreprise Michelin apporte une contribution de 200 000 euros.

Plus de vingt mille pneus repêchés sous la mer

Lundi, Salim, Walid et Yanis, joueurs et éducateurs du football Club de Beausoleil, ont paraphé le contenu de leur « mission », en en présence des personnalités à la Mission locale.

Trois joueurs du Football club s'impliquent auprès de la jeunesse

Empruntez "La Route du goût" pour célèbrer la gastronomie bio à Monaco

Sauver le littoral (2/2). Epis, digues, bambous... comment protéger les plages d...

Sauver le littoral (1/2). Cette application vous permet de découvrir si votre pl...

La parole sincère d'un chef papou sur notre monde

Mis à jour le 17/05/2018 à 05:14 Publié le 17/05/2018 à 05:14
Dans le Jardin japonais, Mundiya Kepanga retrouve les arbres qu'il aime tant.

Dans le Jardin japonais, Mundiya Kepanga retrouve les arbres qu'il aime tant. L.M.

La parole sincère d'un chef papou sur notre monde

De passage pour la projection de son film Frères des arbres au Grimaldi Forum, le chef papou Mundiya Kepanga s'est confié sur l'environnement, la nature et la société occidentale

Lorsque tous les arbres auront disparu, les hommes disparaîtront à leur tour. » Des mots clairs, simples, francs. À l'image de celui qui les prononce, le chef papou Mundiya Kepanga. Ces mots clôturent son documentaire Frères des arbres, diffusé l'année dernière sur la chaîne Arte, et dont une nouvelle version plus courte a été diffusée hier matin aux enfants scolarisés à Monaco, et hier soir au public de la Principauté.

Chemise, pantalon, sandales, Mundiya Kepanga a adapté sa tenue, mais conserve sa coiffe en kangourou des arbres et plumes de cacatoès. Un couvre-chef modeste, qui remplace sa spectaculaire coiffe traditionnelle, qu'il a offerte au Musée de l'Homme de Paris.

Regard sage

Ce n'est pas la première fois qu'il vient en Europe et à Monaco, et il en garde...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct