“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La Route du goût célèbre la gastronomie bio

Sauver le littoral (2/2). Epis, digues, bambous... comment protéger les plages d...

Sauver le littoral (1/2). Cette application vous permet de découvrir si votre pl...

Vous allez aux Journées du patrimoine ce week-end? La Région vous offre (presque...

Vous voulez "nettoyer" la nature samedi sur la Côte d'Azur? On vous dit où aller

L'asthme : un fléau moderne qui se soigne

Mis à jour le 21/05/2016 à 05:13 Publié le 21/05/2016 à 05:13

L'asthme : un fléau moderne qui se soigne

Soins Cette maladie peut apparaître dès l'enfance ou se déclencher tardivement. Elle est liée à l'environnement dans lequel le patient évolue. Pollution et tabac font des ravages sur les bronches

L'asthme est un problème de santé publique. » Le Dr Christophe Perrin, chef du service de pneumologie du centre hospitalier de Cannes, est péremptoire. Plus de 300 millions de personnes seraient concernées dans le monde. En France, 7 % des adultes sont asthmatiques et 9 % des enfants. Des chiffres qui vont croissant : tous âges confondus, la maladie concernait 5,5 % des Français en 1998 contre 7 % en 2006.

« La progression de l'asthme est associée à l'augmentation des allergies qui est elle-même liée à la trop grande protection infantile contre les infections », souligne le médecin. Trop d'antibiotiques en particulier et une alimentation industrielle dépourvue de tout micro-organisme empêcheraient les enfants de développer leurs défenses immunitaires. « On a, par exemple, remarqué que la fréquence des allergies était moins importante en milieu rural, où on est plus exposé aux bactéries environnantes, qu'en milieu urbain. » Et le médecin de citer l'exemple des rhinopharyngites, fréquentes chez les bambins, certes gênantes sur le moment, mais qui les rendraient à terme moins vulnérables. « Des études ont montré que les bébés accueillis...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct