“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Sauver le littoral (2/2). Epis, digues, bambous... comment protéger les plages d...

Sauver le littoral (1/2). Cette application vous permet de découvrir si votre pl...

Vous allez aux Journées du patrimoine ce week-end? La Région vous offre (presque...

Vous voulez "nettoyer" la nature samedi sur la Côte d'Azur? On vous dit où aller

Le 15 septembre, ils vont "nettoyer" la planète. Et vous?

Et si le Centre Scientifique de Monaco avait trouvé la clé pour restaurer les récifs?

Mis à jour le 03/07/2018 à 15:26 Publié le 03/07/2018 à 15:25

Et si le Centre Scientifique de Monaco avait trouvé la clé pour restaurer les récifs?

Alors que les études les plus pessimistes prédisent une disparition des coraux avant la fin du siècle, certains coraux se montrent plus résistants que d’autres aux stress environnementaux et un espoir vient de l’étude de leurs génomes, plus particulièrement de l’épigénétique.

Ce domaine de la génétique est l’étude de la modification de l’expression des gènes en fonction des conditions de l’environnement. Cette modification peut être transmise à la descendance mais n’implique pas de mutations des gènes: elle pourrait donc être très rapide.

Ce processus pourrait aider les coraux à s’acclimater aux impacts du changement climatique. C’est ce que tend à montrer une étude réalisée par l’équipe du Centre Scientifique de Monaco, en collaboration avec le KAUST (Université des Sciences et Technologies du Roi Abdallah, Arabie Saoudite), l’Université d’Amsterdam et l’Australian National University à Canberra (Australie). Les scientifiques ont placé des colonies de coraux pendant deux ans dans des aquariums d’eau de mer avec des niveaux de pH variable (acidité variable) mimant de façon plus ou moins sévère l’acidification des océans qui est une conséquence du changement climatique. L’analyse des résultats a montré des modifications dans les voies de régulation du cycle cellulaire et au niveau de la taille corporelle des coraux soumis à un stress pH à long terme.

Ces résultats suggèrent qu’une composante épigénétique est impliquée dans l’acclimatation phénotypique de ces coraux, leur permettant, tout au moins partiellement, de faire face aux changements environnementaux. Ce mécanisme épigénétique pourrait être exploité dans le but de restaurer des récifs.

Reste toutefois à effectuer de nouvelles recherches pour déterminer si cette empreinte épigénétique peut être transmise aux générations futures, ce qui montrerait pour la première fois une acclimatation transgénérationnelle.


La suite du direct