“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cette vaste opération est financée par l'Agence française pour la biodiversité (AFB) à hateur d'un million d'euros. L'entreprise Michelin apporte une contribution de 200 000 euros.

Plus de vingt mille pneus repêchés sous la mer

Lundi, Salim, Walid et Yanis, joueurs et éducateurs du football Club de Beausoleil, ont paraphé le contenu de leur « mission », en en présence des personnalités à la Mission locale.

Trois joueurs du Football club s'impliquent auprès de la jeunesse

Empruntez "La Route du goût" pour célèbrer la gastronomie bio à Monaco

Sauver le littoral (2/2). Epis, digues, bambous... comment protéger les plages d...

Sauver le littoral (1/2). Cette application vous permet de découvrir si votre pl...

ENQUÊTE. Pourquoi le vélo est à la traîne dans les Alpes-Maritimes? Découvrez les résultats de notre grand sondage

Mis à jour le 04/09/2018 à 11:22 Publié le 03/09/2018 à 12:00

ENQUÊTE. Pourquoi le vélo est à la traîne dans les Alpes-Maritimes? Découvrez les résultats de notre grand sondage

SONDAGE 1/3. Dans un département paralysé par les embouteillages aux heures de pointe, pourquoi la bicyclette reste-t-elle une pratique marginale? Sécurité, stationnement, longueur des trajets... Nous avons cherché à comprendre pourquoi la bicyclette est à la traîne sur la Côte d’Azur. Quels sont les freins à ce mode de déplacement efficace? Voici les résultats de notre grand sondage.

Les Azuréens sont 2% à circuler à vélo tous les jours ou presque (1). Dans un département où le trafic automobile sature, ce mode de déplacement peine à s’imposer comme une alternative à la voiture.

Rapide, économique, bon pour la santé: sur de nombreux points, le vélo l’emporte sur les véhicules motorisés. En effet, côté budget: remplacer une voiture par une bicyclette fait économiser plus de 300 euros /mois.

"En milieu urbain, la vitesse moyenne est de 17 km/h en voiture et de 16 km/h pour un cycliste, pointe Saskia Hermans, ingénieur transport. A bicyclette on va plus vite puisqu’on n’a pas besoin de tourner pour chercher une place, on se déplace de porte à porte." Cette Mouansoise, originaire...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct