“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Empruntez "La Route du goût" pour célèbrer la gastronomie bio à Monaco

Sauver le littoral (2/2). Epis, digues, bambous... comment protéger les plages d...

Sauver le littoral (1/2). Cette application vous permet de découvrir si votre pl...

Vous allez aux Journées du patrimoine ce week-end? La Région vous offre (presque...

Vous voulez "nettoyer" la nature samedi sur la Côte d'Azur? On vous dit où aller

Ce navigateur veut nettoyer les océans avec un quadrimaran géant

Mis à jour le 23/11/2017 à 15:42 Publié le 23/11/2017 à 15:00
Yvan Bourgnon a lancé le projet Sea Cleaners (les nettoyeurs de la mer) après un tour du monde où il a constaté la quantité phénoménale de déchets plastiques en mer.

Yvan Bourgnon a lancé le projet Sea Cleaners (les nettoyeurs de la mer) après un tour du monde où il a constaté la quantité phénoménale de déchets plastiques en mer. Photo M.A.

Ce navigateur veut nettoyer les océans avec un quadrimaran géant

Ce mercredi soir, le navigateur franco-suisse a présenté son projet de bateau nettoyeur, destiné à enlever les déchets plastiques des eaux maritimes. Un projet ni fou, ni naïf, qui nécessite des investisseurs

Comme à beaucoup de marins, la veste du Yacht-club de Monaco sied parfaitement à Yvan Bourgnon. Même si l’on devine qu’il serait plus à l’aise en pull ou en t-shirt. Ses cheveux gris blancs en bataille, comme coiffés par les embruns, le marin a le tutoiement facile. Dans ses yeux aux couleurs du large se mêlent l’intensité et la ferveur des gosses qui savent que tout est possible. Tout. Comme l’idée d’un gros bateau qui nettoierait la mer.

Comment vous est venue cette idée?
Quand j’étais enfant, j’ai fait le tour du monde pendant 4 ans avec mes parents. Et 30 ans plus tard, je l’ai refait, en prenant exactement la même route. Dans l’océan Indien, le long de la barrière...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct