“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Sauver le littoral (2/2). Epis, digues, bambous... comment protéger les plages d...

Sauver le littoral (1/2). Cette application vous permet de découvrir si votre pl...

Vous allez aux Journées du patrimoine ce week-end? La Région vous offre (presque...

Vous voulez "nettoyer" la nature samedi sur la Côte d'Azur? On vous dit où aller

Le 15 septembre, ils vont "nettoyer" la planète. Et vous?

À Séville, Solar Impulse entre dans l'Histoire

Mis à jour le 24/06/2016 à 05:09 Publié le 24/06/2016 à 05:09
En approche au-dessus de la capitale andalouse au petit jour, Solar Impulse s'est posé à 7 h 38 sur le tarmac de l'aéroport de Séville, pour la première fois en Europe, après une traversée transatlantique.

En approche au-dessus de la capitale andalouse au petit jour, Solar Impulse s'est posé à 7 h 38 sur le tarmac de l'aéroport de Séville, pour la première fois en Europe, après une traversée transatlantique. Solar Impulse

À Séville, Solar Impulse entre dans l'Histoire

L'avion électrique porté par l'énergie solaire s'est posé hier matin en Espagne après avoir traversé l'océan Atlantique. Une première historique accomplie par son pilote, Bertrand Piccard

C'est une scène comme on voit dans les films. Ou que l'on raconte dans les livres d'histoire. Ce sera le cas dans un siècle, qui sait ? Le 23 juin 2016 à 7 h 38, le premier avion solaire à avoir franchi l'océan Atlantique se posait sur l'aéroport de Séville, apprendront peut-être un jour les futures générations.

Le rêve fou de Bertrand Piccard est devenu réalité. Après trois jours et trois nuits, l'aéronaute suisse a réalisé l'exploit de traverser l'Atlantique avec Solar Impulse. Soit 6 765 kilomètres avalés en 71 heures et 8 minutes, à une vitesse moyenne de 95 km/h pour cet avion électrique alimenté à la seule énergie solaire captée par des panneaux photovoltaïques recouvrant ses ailes.

Émotion partagée

Un avion large comme un Boeing mais faisant tout juste le bruit d'une Tweezy lancée à vive allure. À...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct