“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le tireur présumé Samine Said Ahmed (à droite) a toujours nié sa participation au double assassinat. Son avocat, Me Denis Fayolle, estime que le tireur, tel qu'il a été décrit par les témoins, est plus petit que son client.

Procès Pastor : des témoins nez à nez avec le tueur

Des parents d'élèves en colère manifestent devant l'inspection académique des Al...

On vous emmène dans cette toute nouvelle école de Monaco

45 élèves étudiants infirmiers et aides-soignants ont commencé leur formation la semaine dernière.

La formation du CHPG s'élargit aux aides-soignants

À gauche : Le blazer a été voulu souple, aussi pour ne pas entraver le temps de jeu lors des récréations. A droite : jour de rentrée, hier à l'école de la Condamine, avec polo blanc obligatoire.

Le code vestimentaire entre en action pour les élèves

Les lycéens monégasques se mettent dans le bain des épreuves avec le bac philo et sans stress

Mis à jour le 16/06/2017 à 11:05 Publié le 16/06/2017 à 05:17

Les lycéens monégasques se mettent dans le bain des épreuves avec le bac philo et sans stress

Les premières épreuves écrites du baccalauréat se déroulaient, hier matin, au lycée Albert 1er. à en juger par leur expression, cette matière n'a pas l'air d'avoir traumatisé les candidats

À 11 heures, hier matin, les visages étaient plutôt souriants à la sortie du lycée Albert 1er.

L'établissement du Rocher accueille les candidats aux épreuves de fin du lycée pour les filières générales (scientifique, littéraire, et économique et sociale).

Posés sur les rambardes, les jeunes attendent les copains qui sont encore en train de noircir le papier et de faire chauffer leurs neurones.

Il faut dire que les sujets de cette année sont gratinés. « La raison peut-elle rendre raison de tout ? » était demandé aux candidats des séries ES. Autant dire que les cheveux, à défaut d'être coupés en quatre, se sont dressés...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct