“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le tireur présumé Samine Said Ahmed (à droite) a toujours nié sa participation au double assassinat. Son avocat, Me Denis Fayolle, estime que le tireur, tel qu'il a été décrit par les témoins, est plus petit que son client.

Procès Pastor : des témoins nez à nez avec le tueur

Des parents d'élèves en colère manifestent devant l'inspection académique des Al...

On vous emmène dans cette toute nouvelle école de Monaco

45 élèves étudiants infirmiers et aides-soignants ont commencé leur formation la semaine dernière.

La formation du CHPG s'élargit aux aides-soignants

À gauche : Le blazer a été voulu souple, aussi pour ne pas entraver le temps de jeu lors des récréations. A droite : jour de rentrée, hier à l'école de la Condamine, avec polo blanc obligatoire.

Le code vestimentaire entre en action pour les élèves

Et si vous aidiez ces chercheurs à protéger le mérou ?

Mis à jour le 29/07/2018 à 05:13 Publié le 29/07/2018 à 05:13

Et si vous aidiez ces chercheurs à protéger le mérou ?

Pour convaincre les décideurs de préserver cette espèce vulnérable, une étudiante enquête. Elle a mis en ligne un questionnaire afin de déterminer sa valeur économique

«Le moratoire qui interdit la chasse sous-marine et la pêche au hameçon du mérou court jusqu'en 2023, pointe Patrice Francour, professeur d'écologie à l'Université de Nice. Mais quand on veut faire passer un nouveau moratoire, on se retrouve face aux lobbies de la pêche et de la chasse.»

Aussi, ne baisse-t-il pas la garde.

Cet Azuréen, à l'origine de la création du Groupe d'Etudes du Mérou, œuvre depuis plus de trente ans pour sauver le plus gros poisson de la Méditerranée. Un combat au long cours qui a porté ses fruits. Petit à petit, les populations se sont reconstituées.

Mais la situation reste fragile. « Si on lève l'interdiction de prélèvement, les efforts de ces vingt-cinq dernières années seront anéantis en l'espace de six mois à un an. » Il compte donc sur les cinq ans qui...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct