“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Marisa a ouvert sa porte et ses archives à Margaux Soumoy.

Frédéric Mitterrand sur les traces d'Hollywood à Gassin Une étudiante canadienne...

Andi Bitri incarne sur les réseaux sociaux un personnage loufoque, Gilles Bellâtre, accessoirement professionnel de santé comme lui.	(DR)

Médecine : pourquoi les étudiants broient du noir

Les parents d'élèves et le maire de Cabris devant l'école ce vendredi pour manif...

Immersion dans la restauration et l'hôtellerie niçoise pour les lycéens polonais.	 (D.R.)

Restaurants et bars à la française pour 32 lycéens polonais

On connaît la liste des écoles qui vont gagner ou perdre une classe à la rentrée

Comment ces bénévoles apprennent le français aux migrants pour faciliter leur intégration

Mis à jour le 12/02/2018 à 11:49 Publié le 11/02/2018 à 18:00

Comment ces bénévoles apprennent le français aux migrants pour faciliter leur intégration

"Sur la langue, on perd un temps fou", dit le député LRM Aurélien Taché. Il va rendre dans les prochains jours son rapport sur l'intégration dans lequel il préconise d'au moins doubler le nombre d'heures d'enseignement à destination des réfugiés et "d'entreprendre des choses" pour ceux qui n'ont pas encore obtenu ce statut. En attendant? Les associations se débrouillent...

Michel fait de grands gestes lorsqu'il parle et lorsqu'il est énervé. “L’Etat ne prend pas en charge l’enseignement du français tant que les migrants n’ont pas obtenu le statut de réfugié. Alors, avec ma femme, on s’est mis à donner des cours. On a pris un local, et avec du bon sens et des bons bouquins…” Dans la pièce, un léger brouhaha lui répond, une femme lève la main pour protester: "Oui enfin, il y a quand même des associations qui s'en chargent, hein". Un autre rétorque à voix basse, puis plus fort, qu’elles sont débordées. "Y a-t-il une liste de ces...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

Ok En savoir plus et gérer ces paramètres