“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pour le Monaco Yacht Show, les plus somptueux navires mouilleront sur le port He...

PHOTOS. Le Casino de Monte-Carlo met 20 millions d'euros sur la table pour faire...

Comment une startup de Sophia rend les corvées du quotidien fun pour les enfants

La Métropole Nice Côte d'Azur récompensée par un trophée aux Grands Prix des Vil...

Anthony Borré parmi les 100 leaders de 40 ans et moins qui inventent la ville du...

Travail au noir à Monaco: 5% de fraude dans les secteurs du bâtiment et de la restauration

Mis à jour le 02/10/2017 à 19:39 Publié le 02/10/2017 à 19:36
Les contrôles ont eu lieu un peu partout en principauté, y compris sur des chantiers de l'Etat où travaillent de nombreuses entreprises privées.

Les contrôles ont eu lieu un peu partout en principauté, y compris sur des chantiers de l'Etat où travaillent de nombreuses entreprises privées. Photo Gouvernement princier

Travail au noir à Monaco: 5% de fraude dans les secteurs du bâtiment et de la restauration

La direction du travail a mené cet été une grande campagne de lutte contre le travail dissimulé. Un projet qui tenait à coeur à Didier Gamerdinger, conseiller de gouvernement ministre des affaires sociales.

Il l'avait dit lors de sa prise de fonction: "le travail dissimulé n'a pas sa place en principauté." Et il veille au grain. Didier Gamerdinger a demandé cet été à la direction du travail de procéder à des contrôles.

Dans la ligne de mire, les chantiers, les restaurants et les plages. Au total, 1.373 travailleurs ont été contrôlés sur une cinquantaine d'établissements.

Résultat: environ 5% des personnes contrôlées n'étaient pas en règle. "C'est peu, mais c'est suffisant pour qu'on s'y intéresse et que l'on continue à agir", a confié le conseiller de gouvernement-ministre.


La suite du direct