“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le bon plan emploi du jour: ces 5 entreprises recrutent sur la Côte d'Azur

Le Crédit Agricole Provence Côte d'Azur aide les porteurs de projet... autour d'...

Monaco Impact se lie à MonacoTech pour aider les projets innovants à se développ...

Julien Savelli passe la main à la présidence de la Fnaim du Var

Direction la Chine pour deux startups azuréennes, lauréates du 4e Digital in Pul...

Radio Monaco: tous licenciés, les journalistes lèvent la voix

Mis à jour le 18/11/2016 à 05:13 Publié le 18/11/2016 à 05:13
Ils continueront à donner le change à la radio mais ont décidé de sortir du silence quant au plan de  licenciement qu'ils subissent actuellement.

Ils continueront à donner le change à la radio mais ont décidé de sortir du silence quant au plan de licenciement qu'ils subissent actuellement. Photo Michael Alesi

Radio Monaco: tous licenciés, les journalistes lèvent la voix

Une rédaction va mourir le mois prochain. Huit des douze salariés de Radio Monaco quitteront l'entreprise le 31 décembre. Après des semaines de silence, ils dénoncent leurs conditions de départ

Ils sont huit. Huit femmes et hommes, confrères pour ceux qui sont journalistes, tous passionnés d'information, tous licenciés de Radio Monaco. Fin décembre, les deux tiers de la SARL auront quitté l'entreprise installée au Gildo Pastor Center. Il n'y aura plus d'infos traitées en local sur 95.4.

Franck Blanchon, Jimmy Boursicot, Camille Chappuis, Jean-Christophe Dimino, Franck Hermann, Catherine Pomart, Jean-Christophe Sanchez, Kelly Vargin. Vous connaissez certaines de leur voix qui vous accompagnent chaque jour depuis plusieurs années. Aujourd'hui, si rien ne transparaît sur les ondes, les huit licenciés imminents ont tous la gorge nouée. "Il y a toute une rédaction monégasque qui n'a plus le cœur à la fête", expliquent-ils d'une seule voix.

Après le coup de massue qu'ont provoqué les huit lettres de licenciement, puis le mécontentement...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct