“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le bon plan emploi du jour: ces 4 entreprises recrutent sur la Côte d'Azur

La seule représentante au G20 des Jeunes Entrepreneurs est une Toulonnaise

Toute l'excellence économique de la Région invitée au premier Forum européen de ...

Un fabricant d'éclairage led azuréen reçoit le label Entreprise du Patrimoine vi...

Pour le Monaco Yacht Show, les plus somptueux navires mouilleront sur le port He...

Quelles perspectives économiques pour Monaco en 2017

Mis à jour le 06/02/2017 à 13:28 Publié le 06/02/2017 à 13:27
Jean Castellini, Conseiller de Gouvernement, Ministre des Finances et de l’Économie: «Notre force est notre excédent budgétaire, qui permet d’investir.»

Jean Castellini, Conseiller de Gouvernement, Ministre des Finances et de l’Économie: «Notre force est notre excédent budgétaire, qui permet d’investir.» Photo Jean-François Ottonello

Quelles perspectives économiques pour Monaco en 2017

Difficile d’accroître encore son rayonnement quand on a réalisé une année 2016 record. La Principauté de Monaco relève le défi avec ses acteurs économiques

Les chiffres confirment l’impression. 2016 a été un très bon cru économique à Monaco. S’il sera difficile de faire mieux, la Principauté va tenter de rester à ce niveau de performance.Vendredi, le Club de l’Eco a réuni ses forces économiques autour de Jean Castellini, conseiller de Gouvernement, ministre des Finances et de l’Économie, à la résidence du Ministre d’État, pour évoquer les perspectives de 2017.

Quel bilan tirer de 2016?
Jean Castellini: A Monaco, on peut mesurer le succès d’une année à plusieurs facteurs: la dimension fiscale, le tourisme qui est l’un des marqueurs forts de notre attractivité, les créations d’entreprise. Quelle que soit la dimension, 2016 a été une très bonne année. Pour la cinquième année consécutive, nous devrions clore l’exercice budgétaire en excédent. Nous avons terminé 2016 à un niveau record de recettes et les principaux contributeurs sont les recettes fiscales comme la TVA, l’impôt sur les sociétés et les droits de mutation qui, chacun témoignent de notre vitalité.

Un chiffre significatif?
Aujourd’hui, les recettes fiscales représentent à elles seules ce que les recettes...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct