“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une startup niçoise lauréate des 1ers Trophées de l'innovation E.Leclerc

Monaco Marine, la locomotive de la grande plaisance enchaîne les investissements...

Le bon plan emploi du jour: ces 5 entreprises recrutent sur la Côte d'Azur

Le Crédit Agricole Provence Côte d'Azur aide les porteurs de projet... autour d'...

Monaco Impact se lie à MonacoTech pour aider les projets innovants à se développ...

Pourquoi le Monaco Economic Board s'intéresse au Vietnam ?

Mis à jour le 11/07/2018 à 08:18 Publié le 11/07/2018 à 07:32
L’ambassadeur de la République Socialiste du Vietnam à Monaco, Thiep Nguyen, et Michel Dotta, président du MEB.

L’ambassadeur de la République Socialiste du Vietnam à Monaco, Thiep Nguyen, et Michel Dotta, président du MEB. Photo DR

Pourquoi le Monaco Economic Board s'intéresse au Vietnam ?

Une délégation d’entrepreneurs monégasques se greffera au premier déplacement officiel du souverain au Vietnam, à l’automne, pour mesurer le potentiel d’un pays stable, jeune et ambitieux

Les adhérents du MEB et ses partenaires avaient rendez-vous à l’Automobile Club de Monaco, hier, comme pour mieux accentuer le clin d’œil inaugural de Michel Dotta à la récente obtention d’un Grand Prix de Formule 1 au Vietman. Si les premiers tours de roues à Hanoï devront attendre 2021, une délégation d’entrepreneurs monégasques se rendra sur les terres de ce "nouveau dragon" de l’économie asiatique, du 5 et 9 novembre, dans le sillage de la première visite officielle du souverain.

Le Vietnam, un pays en plein essor économique qui connaît "un développement remarquable dans des secteurs comme le textile ou l’électronique", selon le président du MEB. Michel Dotta précisant que tout est à construire puisque, entre les deux pays, "les relations économiques sont encore peu importantes."

Finance, énergie et santé

Pour "aider à appréhender ce potentiel", le président du MEB a cédé la tribune à Thiep Nguyen, ambassadeur de la République Socialiste du Vietnam en France et à Monaco, venu effectuer "une mise à jour des connaissances" sur son pays.

Une revue théorique des atouts du Vietnam complétée d’"un retour de terrain" de Djivan Djierdjian, directeur exécutif de la SIAMP - CEDAP, société spécialisée dans les sanitaires et implantée depuis 20 ans à Hô-Chi-Minh-Ville.

Une mise en lumière appréciée des adhérents, d’autant qu’il n’est pas toujours évident d’avoir pareil témoignage en amont des déplacements. L’occasion d’asseoir la décision de certains, ou d’en enrôler d’autres dans cette virée de cinq jours sur les côtes du Golfe du Siam.

Après un bref rappel de l’histoire mouvementée et tragique du Vietnam au cours du XXe siècle. De la guerre d’Indochine au conflit armé avec les Khmers rouges cambodgiens de Pol Pot, jusqu’à l’opposition avec la Chine conclue par une guerre civile éteinte seulement dans les années 90. Thiep Nguyen a évoqué des opportunités d’affaires pour les entrepreneurs monégasques autour de trois axes majeurs: la finance, l’énergie renouvelable et la santé.

Communisme et capitaux étrangers

Et si le pays ne renie pas son héritage communiste, il s’avère sacrément décomplexé économiquement parlant, s’ouvrant largement à l’économie privée.La faute à de mauvaises expériences également. L’ambassadeur concédant «une mauvaise utilisation des capitaux étrangers par les entreprises publiques» par le passé… D’où la main tendue au secteur privé. Résultat, dans les banques, des partenaires étrangers proéminents, Japon en tête.

Côté énergie renouvelable, la politique est ambitieuse.En 2015, capacité et imports représentaient 1 milliard de kilowatt-heures.Objectifs: multiplier par 2 d’ici 2020 et par quatre à horizon 2030.

Quant à la santé, un taux d’occupation des hôpitaux supérieur à 200%.Un retard critique en terme de maladies transmissibles, de surdose et abus médicamenteux, ou encore sur la gestion de la pollution et l’alimentation ont accouché d’« une réforme en cours sur l’autonomie des hôpitaux publics».L’ambassadeur ajoutant que l’ouverture aux capitaux étrangers peut jouer en faveur des francophones, notamment à l’hôpital français d’Hanoï.

Des secteurs "porteurs" au cœur d’un "renouveau économique". Ce "renouveau", ou "Doi Moi" en version originale, a été acté en 1986 et poursuit deux idées "faire sortir le pays de l’isolement diplomatique et de l’embargo économique".

Carrefour stratégique et classe moyenne

D’où une politique d’expansion constante depuis les années 90, marquée par quelques dates clés. Une «normalisation» des échanges avec la Chine dès 1991, la première visite du président Mitterrand en 1993, une diplomatie renaissante avec les États-Unis, ou encore l’adhésion à l’OMC en 2007 et la signature d’accords cadres avec l’Union européenne dès 1995. Des accords actuellement en renégociation. "Le Vietnam est le seul pays, avec Singapour, à voir mené à terme une discussion sur ces accords de libres échanges. Nous sommes en attente de ratifications européennes."

Jouissant d’une implantation stratégique, «au carrefour des corridors économiques de l’Asie», le Vietnam a bâti de solides ponts avec les ténors de l’Asie du Sud-Est et même l’Australie et la Nouvelle-Zélande au point, aujourd’hui, de faire les yeux doux au Canada, l’Amérique latine et toute la côte Pacifique.

Avec sa population jeune, éduquée et connectée, et ses 6 à 7 %de croissance ces 5 dernières années, le Vietnam a surtout vu une large classe moyenne émergée. Une aubaine pour les entrepreneurs monégasques! "Cette classe moyenne a des besoins en terme d’infrastructures, mais surtout en terme social. La santé, les assurances, l’éducation…", promet Thiep Nguyen.


La suite du direct