“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le bon plan emploi du jour: ces 4 entreprises recrutent sur la Côte d'Azur

Pour le Monaco Yacht Show, les plus somptueux navires mouilleront sur le port He...

PHOTOS. Le Casino de Monte-Carlo met 20 millions d'euros sur la table pour faire...

Comment une startup de Sophia rend les corvées du quotidien fun pour les enfants

La Métropole Nice Côte d'Azur récompensée par un trophée aux Grands Prix des Vil...

Négociations avec l'Europe : les entreprises en attente

Mis à jour le 28/06/2016 à 05:04 Publié le 28/06/2016 à 05:04
Dans le quartier de Fontvieille (où Pierre Moscovici a visité les laboratoires d'Asepta en février dernier), beaucoup d'entreprises du secteur de l'exportation, et qui ont fait le choix de ne pas délocaliser leur activité, attendent avec impatience des accords avec l'UE.

Dans le quartier de Fontvieille (où Pierre Moscovici a visité les laboratoires d'Asepta en février dernier), beaucoup d'entreprises du secteur de l'exportation, et qui ont fait le choix de ne pas délocaliser leur activité, attendent avec impatience des accords avec l'UE. Photo Michael Alesi

Négociations avec l'Europe : les entreprises en attente

L'annonce du Brexit comme ralentisseur des tractations entre Monaco et l'Union Européenne ne satisfait pas les entrepreneurs, et notamment ceux du secteur des exportations…

Le saviez-vous ? On n'a pas le droit de manger en France un sandwich acheté à Monaco. Pas plus que des barbagiuans ou une pissaladière ! Pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas d'accord entre Monaco et l'Union Européenne sur l'exportation des produits alimentaires transformés.

Au-delà de l'anecdote, cet exemple est typique des freins réglementaires entre Monaco et l'Union Européenne. Et pour certains entrepreneurs, par exemple les traiteurs ou ceux qui fabriquent des cosmétiques, la situation est de plus en plus difficile à gérer.

« Le...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct