“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le bon plan emploi du jour: ces 4 entreprises recrutent sur la Côte d'Azur

Pour le Monaco Yacht Show, les plus somptueux navires mouilleront sur le port He...

PHOTOS. Le Casino de Monte-Carlo met 20 millions d'euros sur la table pour faire...

Comment une startup de Sophia rend les corvées du quotidien fun pour les enfants

La Métropole Nice Côte d'Azur récompensée par un trophée aux Grands Prix des Vil...

L’homme le plus riche du Royaume-Uni a décidé d'emménager à Monaco... et il n’arrive pas seul

Mis à jour le 19/08/2018 à 16:58 Publié le 19/08/2018 à 16:54
Les Britanniques ont une dent contre Jim Ratcliffe qui quitte le Royaume-Uni après avoir défendu le Brexit et avoir été fait chevalier par la reine en 2017.

Les Britanniques ont une dent contre Jim Ratcliffe qui quitte le Royaume-Uni après avoir défendu le Brexit et avoir été fait chevalier par la reine en 2017. Photo AFP

L’homme le plus riche du Royaume-Uni a décidé d'emménager à Monaco... et il n’arrive pas seul

Capitaine d’industrie, fervent défenseur du Brexit et ardent détracteur de l’impôt sous toutes ses formes, Jim Ratcliffe a choisi d’emménager à Monaco. Et il n’arrive pas seul.

Si cette tête ne vous dit rien, c’est normal. Jim Ratcliffe n’est l’homme le plus riche du Royaume-Uni que depuis cette année, sa fortune ayant été multipliée par plus de 3 entre 2017 et 2018.

Une aubaine qui fait de lui l’homme qui valait 21 milliards de livres sterling (23,55 milliards d’euros). Il n’en fallait pas plus pour que ce très fervent détracteur de l’impôt quitte les terres de sa Majesté la reine pour venir poser ses valises autour du Rocher.

Une fortune pas très verte

Issu d’un milieu modeste, il grandit à Manchester et entreprend des études qui l’amènent à devenir ingénieur chimiste. En 1974, il rejoint l’entreprise Esso.

Très intéressé par les affaires, il étudie la finance en parallèle et obtient un MBA de la London Business School. En 1998, il fonde Ineos, qu’il dirige et possède encore aujourd’hui à hauteur de 60 %.

Là aussi, on est dans la chimie de synthèse. Solvants, huiles synthétiques, plastiques en tous genres… Un groupe qui dégage aujourd’hui plus de 60 milliards de livres sterling de chiffre d’affaires. 19.000 employés répartis dans 24 pays, sur 171 sites (dont une usine à Marseille), produisent 60 millions de tonnes de produits majoritairement dérivés du pétrole.

Un empire qu’il a pu bâtir en prenant des risques: il s’est lourdement endetté pour racheter, les unes après les autres, des usines pétrochimiques que ses actuels concurrents jugeaient peu rentables.

Et s’il a frôlé la faillite en 2008, le monsieur a du flair, puisqu’aujourd’hui, Ineos réalise 2,4 milliards d’euros de bénéfices annuels. C’est cette faculté à racheter ce qui semble ne rien valoir pour le transformer en or qui lui a valu son surnom d’Alchimiste.

Il a également été anobli par la reine pour «services aux entreprises et aux investissements».

Partisan du Brexit

S’il y a bien une chose que Jim Ratcliffe déteste presqu’autant que l’impôt, c’est la contrainte. Autant dire que la réglementation européenne ne l’enchantait guère. Il n’en fallait pas plus pour faire de lui un ardent défenseur du Brexit.

«Les Britanniques sont parfaitement capables de savoir ce qu’ils doivent faire d’eux-mêmes et ils n’ont pas besoin de Bruxelles pour leur dire quoi faire, avait-il lancé au Sunday Times. Je ne crois pas au concept d’États Unis d’Europe. Ce n’est pas viable.»

Dans son autobiographie The Alchemists, the Ineos story, il certifie que sortir de l’Union européenne offrira au Royaume-Uni une plus grande «liberté législative et bureaucratique».
Ineos à Monaco

L’heureux propriétaire de quatre jets et de deux yachts (dont l’un a navigué cet été entre Antibes et Monaco), n’est pourtant pas si satisfait, puisqu’il a choisi d’emménager en Principauté.

Et si, d’après le Daily Telegraph, le siège social d’Ineos reste en Angleterre, le Journal officiel de Monaco nous apprend qu’une société anonyme monégasque dénommée Ineos Monaco Limited a été créée en mars dernier, sans qu’il soit possible d’affirmer qu’il y a un lien avec Jim Ratcliffe.

Un autre directeur d’Ineos, Andy Currie, et le directeur financier John Reeces, tous deux milliardaires depuis l’an dernier, selon The Sunday Times, emménageraient également en Principauté.


La suite du direct