“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une startup niçoise lauréate des 1ers Trophées de l'innovation E.Leclerc

Monaco Marine, la locomotive de la grande plaisance enchaîne les investissements...

Le bon plan emploi du jour: ces 5 entreprises recrutent sur la Côte d'Azur

Le Crédit Agricole Provence Côte d'Azur aide les porteurs de projet... autour d'...

Monaco Impact se lie à MonacoTech pour aider les projets innovants à se développ...

La croisière de luxe, atout majeur pour l'économie

Mis à jour le 31/03/2016 à 05:12 Publié le 31/03/2016 à 05:12
62 % des passagers voyagent sur des croisières de catégorie «premium» et 37 % en «luxe» (le reste correspond à la catégorie «contemporain»).

62 % des passagers voyagent sur des croisières de catégorie «premium» et 37 % en «luxe» (le reste correspond à la catégorie «contemporain»). Photo Michael Alesi et archives NM

La croisière de luxe, atout majeur pour l'économie

La Société d'exploitation des ports de Monaco et la Direction du tourisme et des congrès ont réalisé une étude démontrant l'intérêt d'accueillir les passagers des escales en Principauté

Assurer la pérennité des croisières de luxe et développer les retombées économiques. C'est en substance le bilan d'une vaste enquête menée par la SEPM (Société d'exploitation des ports de Monaco), en collaboration avec la DTC (Direction du tourisme et des congrès) de juin à novembre 2014, et dévoilée hier.

« La SEPM a pris en charge la gestion de la digue en 2004 avec pour mission de développer le trafic des croisières en Principauté, rappelle Aleco Keusseoglou, président de la société. Aujourd'hui, on recense en moyenne 250.000 passagers pour 200 escales par an. Mais l'industrie de la croisière a évolué. Nous avons...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct