“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le bon plan emploi du jour: ces 4 entreprises recrutent sur la Côte d'Azur

La seule représentante au G20 des Jeunes Entrepreneurs est une Toulonnaise

Toute l'excellence économique de la Région invitée au premier Forum européen de ...

Un fabricant d'éclairage led azuréen reçoit le label Entreprise du Patrimoine vi...

Pour le Monaco Yacht Show, les plus somptueux navires mouilleront sur le port He...

Heures de travail décalées: patrons et salariés divisés

Mis à jour le 16/03/2016 à 05:13 Publié le 16/03/2016 à 05:13
Tous les matins et soirs, du lundi au vendredi, des kilomètres de bouchons bloquent les accès qui convergent vers la Principauté.

Tous les matins et soirs, du lundi au vendredi, des kilomètres de bouchons bloquent les accès qui convergent vers la Principauté. Photo archive N.-M.

Heures de travail décalées: patrons et salariés divisés

Pour éviter les bouchons quand les pendulaires convergent vers Monaco, le décalage des horaires est une piste qui intéresse les employeurs. Les syndicats ont d'autres pistes de réflexion

Des salariés qui commencent et finissent à la même heure et roulent au pas dans leur voiture. C'est le tableau quotidien du réseau routier autour de Monaco tous les matins. Et un casse-tête pour les décideurs qui tentent de conjuguer développement économique et qualité de vie.

Le nouveau ministre d'État Serge Telle, puis Laurent Nouvion, se sont dit favorables à une mesure qui décalerait les horaires de travail, le matin et le soir, pour lisser la circulation. Une position que partage également la Fédération des Entreprises monégasques (FEDEM).

La réouverture de la sortie de Beausoleil

Son président Philippe Ortelli souligne : « Pour lutter contre ce fléau des temps modernes, il n'y a malheureusement pas de remède miracle unique. Il faut en revanche accélérer la mise en place d'un dispositif multiple avec des mesures opérationnelles immédiates et des investissements pour l'avenir. Aucune piste ne doit être écartée. »

Philippe Ortelli attend...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct