“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une startup niçoise lauréate des 1ers Trophées de l'innovation E.Leclerc

Monaco Marine, la locomotive de la grande plaisance enchaîne les investissements...

Le bon plan emploi du jour: ces 5 entreprises recrutent sur la Côte d'Azur

Le Crédit Agricole Provence Côte d'Azur aide les porteurs de projet... autour d'...

Monaco Impact se lie à MonacoTech pour aider les projets innovants à se développ...

HéliAir-Monacair: bientôt la fin du conflit?

Mis à jour le 12/11/2015 à 08:22 Publié le 12/11/2015 à 08:20
HéliAir représente plus de 80 % des mouvements sur l’héliport. À partir du 1er janvier, Monacair prendra en main la ligne régulière.

HéliAir représente plus de 80 % des mouvements sur l’héliport. À partir du 1er janvier, Monacair prendra en main la ligne régulière. (Photo Monaco-Matin)

HéliAir-Monacair: bientôt la fin du conflit?

Après de nombreux rebondissements, un nouvel épisode se joue sur l’héliport. Entre stratégie, petits mensonges et réunions secrètes, le ciel pourrait s’éclaircir pour les 120 salariés d’HéliAir

Le feuilleton continue et ne semble pas s'arranger. La situation a même l'air de s'enliser dangereusement du côté de la piste de l'héliport de Monaco.

D'un côté, la société historique, HéliAir Monaco, fondatrice de la ligne régulière Monaco-Nice-Monaco qu'elle exploite depuis quarante ans, qui a perdu son marché au mois d'août dernier.

De l'autre, Monacair, seule et unique concurrente de transport en hélicoptère sur le sol monégasque, qui récupère ce marché, après un appel d'offres.

Dans l'ombre, le gouvernement qui, pour l'instant, joue un rôle en toute discrétion en rencontrant les uns et les autres, mais aussi les syndicats et les délégués du personnel qui ne jouent pas du tout la même partition.

Et au milieu, 120 salariés qui ne savent plus à quel saint se vouer.

>>RELIRE. Les salariés d'Héli Air montent au créneau à Monaco

De coups de colère en rebondissements

Tout commence avec l'annonce de Gilbert Schweitzer, patron de Monacair, dans nos colonnes du 18 septembre dernier, de cette redistribution des cartes. S'en sont suivis les coups de colère de Jacques Crovetto, patron d'HéliAir, jurant que l'ensemble des salariés sont derrière lui.

Puis, quelques jours plus tard, les critiques très vives du syndicat des transports aériens envers les manquements de Jacques Crovetto qui mettrait "en danger les emplois de ses propres salariés en refusant une transition douce".

L'objet principal du litige est cette fameuse liste des salariés affiliés à la ligne, réclamée depuis plus de trois mois par Monacair, lui permettant de remplir son engagement de réembauche. Refus de Jacques Crovetto, qui semble jouer la montre, malgré une décision de justice.

Et depuis ce jeudi 5 novembre, de nouveaux personnages sont entrés sur la scène de ce téléfilm mélodramatique qui pourrait être drôle s'il n'y avait pas 120 emplois dans la balance.

>>RELIRE. La société monégasque HéliAir contre-attaque en justice

Ce sont les dix délégués du personnel de la société HéliAir qui ont signé un texte commun dans lequel, pour faire court, ils prennent fait et cause pour leur patron. Ils seraient en fait "des historiques ne représentant qu'une poignée", selon d'autres salariés contactés.

Les principaux arguments avancés sont toujours les mêmes: "Incompréhension de la décision du gouvernement du transfert de la ligne régulière" ; "Mise en péril de la quasi-totalité des emplois" ; "Aucun personnel n'a été approché par Monacair à deux mois de l'échéance" ; "Que vont devenir les employés qui ne seront pas choisis (90 sur 120, NDLR), sachant que l'activité d'HéliAir, dépourvu de ses clients et d'une grosse ou d'une petite partie de son personnel qualifié, sera égale à zéro, donnant comme vision à très court terme, une cessation d'activité."

Dénouement le 15 novembre?

Des arguments recevables, semble-t-il. Sauf lorsque l'on apprend que ces mêmes délégués ont été reçus par la direction du Travail et l'inspection du Travail, mardi dernier, alors qu'ils jurent que le gouvernement leur "tourne le dos".

Selon nos informations, il leur aurait été stipulé, lors de ce rendez-vous, qu' "étant donné l'état de la situation, il était urgent de réunir les salariés et de les informer sur la possibilité qu'ils avaient de se rendre chez Monacair".

Ce dernier étant en effet dans l'obligation d'honorer l'article 15 de l'acte de cession. Aucune réunion n'a eu lieu à ce jour.

Le dernier épisode datant d'hier soir, et divulgué par une source proche du dossier, concerne la fameuse liste des salariés.

"Elle devrait être délivrée au plus tard le 15 novembre. Jacques Crovetto est en train de la finaliser." Une nouvelle qui devrait rassurer les salariés.


La suite du direct