“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Neuf mois après la contamination à la salmonelle, la poudre de lait infantile de...

De gauche à droite, Gérard Feraille, Tony Minier et Claire Friry-Santini font partie de l'un des plans de reprise du site de Galderma.

Un an après, les salariés de Galderma ont rebondi

Comment le laboratoire Cevidra se développe sur les marchés de niche

"100 millions d'euros d'excédents de budget" à Monaco, d'après le président de l...

On a vérifié s'il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi

Encore du travail pour la pause dominicale

Mis à jour le 17/08/2017 à 10:11 Publié le 17/08/2017 à 10:10
 Un allégement de 75 % de charges sociales est accordé pour favoriser l’ouverture le dimanche

Un allégement de 75 % de charges sociales est accordé pour favoriser l’ouverture le dimanche Photo Cyril Dodergny

Encore du travail pour la pause dominicale

Le gouvernement a incité les commerçants à ouvrir jusqu’à neuf dimanches entre le 3 juillet et le 10 septembre. Une initiative méconnue par les potentiels clients, locaux et touristes

Il est aux alentours de 11h45 dimanche dernier à la Condamine. Le rideau du magasin de bricolage de la rue de Millo est baissé mais François s’y attarde quelques instants, faute de mieux.

"J’avais oublié qu’il y avait autant de commerces fermés le dimanche, également entre midi et deux. C’est une différence de culture", observe celui qui revient de quinze années aux États-Unis où il a étudié et débuté sa carrière.

François a tout de même réussi à acheter des fleurs en compagnie de son jeune enfant dans les bras.

"En principe, les gens associent le dimanche à un jour de repos. Mais c’est justement une opportunité pour ceux qui ne travaillent pas de faire des emplettes. ça m’offre un créneau pour effectuer certains achats. Si on est tous en repos en même temps, on ne peut rien faire!" 

Quelques mètres plus loin, trois amies errent à la recherche d’un restaurant ouvert pour y déjeuner.

"Tous ces restaurants sont fermés alors que c’est quand même un endroit...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct