“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Cinq belles raisons d’aller au Théâtre Princesse-Grace

« Vertigo », « Wanda », « Eve », « Certains l'aiment chaud », « Volver » des portraits de femmes à l'honneur cette saison pour l'Institut audiovisuel.	(DR/ Emilio Pereda/Paola Ardizzoni/El Deseo)

Portraits de femmes

INTERVIEW. Sandrine Kiberlain: "Sur mon carnet scolaire, les profs écrivaient: t...

"L'Or des Pharaons" se classe en seconde position des expositions les plus visit...

Le violoniste Maxime Vengerov donne le "la" de la nouvelle saison du Philharmoni...

Une semaine de festival : que du bonheur !

Mis à jour le 06/08/2018 à 05:09 Publié le 06/08/2018 à 05:08
Vendredi soir, le pianiste Piotr Anderszewski a joué brillamment les « variations » de Beethoven. Samedi soir, la violoniste Viktoria Mullova et la pianiste Katia Labèque ont donné un concert remarquable et plein d'énergie.

Vendredi soir, le pianiste Piotr Anderszewski a joué brillamment les « variations » de Beethoven. Samedi soir, la violoniste Viktoria Mullova et la pianiste Katia Labèque ont donné un concert remarquable et plein d'énergie. Cyril Dodergny et Catherine Filliol

Une semaine de festival : que du bonheur !

L'un des moments forts a été le concert des « Variations » de Beethoven par Piotr Anderszewski

Le festival entre dans sa deuxième semaine. Le bilan de la première est simple : que du bonheur !

Le festival a maintenu sans faiblir son niveau de qualité internationale. Bien sûr, il y a toujours quelqu'un pour vous interroger : « Quel a été pour vous le meilleur concert ? » Impossible de répondre à la question ! On ne vous remercie pas de l'avoir posée. Les concerts se sont situés à un tel niveau d'excellence qu'on ne saurait choisir. Joker, s.v.p. !

A défaut de « meilleur », le...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct