“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

« Vertigo », « Wanda », « Eve », « Certains l'aiment chaud », « Volver » des portraits de femmes à l'honneur cette saison pour l'Institut audiovisuel.	(DR/ Emilio Pereda/Paola Ardizzoni/El Deseo)

Portraits de femmes

INTERVIEW. Sandrine Kiberlain: "Sur mon carnet scolaire, les profs écrivaient: t...

"L'Or des Pharaons" se classe en seconde position des expositions les plus visit...

Le violoniste Maxime Vengerov donne le "la" de la nouvelle saison du Philharmoni...

Des paysages et des visages représentant le temps et la vie qui coule.

Bruno Murialdo, le Piémont mis en lumière L'Union Bouliste Carnolésienne régale

Les Archives audiovisuelles dévoilent leur saison Croyances et dépendances

Mis à jour le 04/10/2016 à 05:08 Publié le 04/10/2016 à 05:08
Christopher Walken, le King of New York d’Abel Ferrara. Ce dernier sera à Monaco le 25 octobre.

Christopher Walken, le King of New York d’Abel Ferrara. Ce dernier sera à Monaco le 25 octobre. IFC Mediaset

Les Archives audiovisuelles dévoilent leur saison Croyances et dépendances

Entre grands classiques et films audacieux, les cinéphiles pourront naviguer cette année. Et rencontrer aussi quelques cinéastes invités à parler de leur travail en Principauté

Alfred Hitchcock, Youssef Chahine, Abel Ferrara, Luchino Visconti ou Francis Ford Coppola. L'affiche de la treizième saison des Archives audiovisuelles à de quoi séduire. Les gardiens du temple de l'image animée en Principauté ont composé un programme éclectique. Sans vraiment thématique ou fil conducteur que celui de réunir les cinéphiles autour d'œuvres marquantes et parfois méconnues du 7e art.

Premier événement de la saison qui démarre, la venue du sulfureux réalisateur américain Abel Ferrara le 25 octobre. L'occasion de revoir son King of New York de 1990 et d'écouter certains des souvenirs du cinéaste, qui s'est construit...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct