“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

En 1949, le poète Jean Cocteau (à droite) fit la connaissance de Francine Weisweiller au cours du tournage des Enfants Terribles.	(DR)

Saint-Jean-Cap-Ferrat rend hommage à Cocteau

« Vertigo », « Wanda », « Eve », « Certains l'aiment chaud », « Volver » des portraits de femmes à l'honneur cette saison pour l'Institut audiovisuel.	(DR/ Emilio Pereda/Paola Ardizzoni/El Deseo)

Portraits de femmes

INTERVIEW. Sandrine Kiberlain: "Sur mon carnet scolaire, les profs écrivaient: t...

"L'Or des Pharaons" se classe en seconde position des expositions les plus visit...

Le violoniste Maxime Vengerov donne le "la" de la nouvelle saison du Philharmoni...

L'enchantement des nuits musicales du Palais

Mis à jour le 11/07/2018 à 05:07 Publié le 11/07/2018 à 05:07
La magie des concerts dans la cour d'honneur du Palais reprend ce jeudi pour sept concerts.

La magie des concerts dans la cour d'honneur du Palais reprend ce jeudi pour sept concerts. archives Cyril Dodergny

L'enchantement des nuits musicales du Palais

Aux sept concerts donnés par le Philharmonique s'ajoutera cette année une prestation des Musiciens du Prince. Coup d'envoi du plus princier des festivals ce jeudi 12 juillet

Le 19 août 1959, le prince Rainier III organisa son premier concert symphonique d'été dans la cour du Palais princier. C'était une sorte de révolution dans la vie de ce lieu. Car jusqu'alors, il n'était pas ouvert au public. Il n'y avait eu que deux exceptions à cette règle au cours du XXe siècle : en 1947 pour les cérémonies des vingt-cinq ans de règne de Louis II et en 1950 pour l'intronisation de Rainier III.

À partir de l'été 1959, le public a donc le droit de pénétrer dans l'enceinte sacrée, sous la surveillance des gardes en tenue blanche. Il l'a fait en respectant les codes vestimentaires imposés en ce lieu...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct