“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Des paysages et des visages représentant le temps et la vie qui coule.

Bruno Murialdo, le Piémont mis en lumière L'Union Bouliste Carnolésienne régale

Le Philharmonique de Monte-Carlo
au Grimaldi Forum.	(DR)

Philharmonique : l'année Vengerov

La musique à l'honneur pour la 23e Journée du patrimoine ce dimanche à Monaco

YouTube lance ce mercredi ses premières séries françaises, réservées aux abonnée...

Monstre sacré du théâtre, Jean Piat est décédé à presque 94 ans

Face à face avec Java, la tigresse du cirque de Venise

Mis à jour le 15/03/2016 à 05:13 Publié le 15/03/2016 à 05:13
Java fait son numréo au cirque de Venise.

Java fait son numréo au cirque de Venise. Photo Jean-François Ottonello

Face à face avec Java, la tigresse du cirque de Venise

Jusqu'à dimanche, le cirque de Venise a planté chapiteau à Garavan. Avec ses acrobates, ses clowns, sa ménagerie et ses fauves. Nous sommes allés voir de plus près. Directement dans la cage aux tigres

Ce qui différencie Tigrou de Java ? Deux cents kilos de chair armés de crocs assassins et de griffes en lames de rasoir… Un tigre. Un vrai. Superbe. Énorme. Royal. Un panthera tigris de chair et d'os qui nous fait face, tranquillement assis sur son tabouret au centre de la cage aux fauves du cirque de Venise.

Les barreaux derrière nous. Nous dedans…

Une jolie peluche qui pourrait pourtant ne faire qu'une bouchée du curieux (ou du journaliste) qui l'observerait d'un peu trop près…

D'ailleurs, Even Landri, son dresseur, n'a de cesse de nous dire de l'écouter lui. Pas notre peur. De nous demander avec fermeté de faire tel geste. Et pas un autre. De rester dans le cercle qu'il a dessiné par terre sur la piste. Et par ailleurs. De ne pas fixer Java dans les yeux. Ils sont pourtant hypnotiques. Tout en nous rappelant aussi que faire entrer quelqu'un dans la cage c'est toujours risqué.

« Java est adorable. J'ai confiance en elle. Mais elle est fainéante. Et elle ronchonne souvent. »

Par ces quelques adjectifs, Even décline l'identité de la bête. N'y voir aucun jugement de valeur mais de vraies qualités. En dresseur chevronné, l'homme fait preuve à la fois d'attention et d'intuition, d'autorité, de force physique et de résistance nerveuse, de prudence et de courage. L'adversité et la difficulté sont source d'adrénaline qui le font avancer dans la cage....

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct