“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

« Vertigo », « Wanda », « Eve », « Certains l'aiment chaud », « Volver » des portraits de femmes à l'honneur cette saison pour l'Institut audiovisuel.	(DR/ Emilio Pereda/Paola Ardizzoni/El Deseo)

Portraits de femmes

INTERVIEW. Sandrine Kiberlain: "Sur mon carnet scolaire, les profs écrivaient: t...

"L'Or des Pharaons" se classe en seconde position des expositions les plus visit...

Le violoniste Maxime Vengerov donne le "la" de la nouvelle saison du Philharmoni...

Des paysages et des visages représentant le temps et la vie qui coule.

Bruno Murialdo, le Piémont mis en lumière L'Union Bouliste Carnolésienne régale

Chez Cocteau, les lignes de vie de Valerio Adami

Mis à jour le 02/06/2018 à 05:01 Publié le 02/06/2018 à 05:01

Chez Cocteau, les lignes de vie de Valerio Adami

La nouvelle exposition d'été du musée Jean Cocteau - collection Séverin Wunderman met à l'honneur un artiste contemporain italien, pour un voyage à travers la mythologie et l'intimité

Le teckel qui ne le quitte jamais porte le doux nom d'Ego. Et Valerio Adami aime assurément se représenter en dessin, avant de retranscrire le résultat en peinture. Mais n'allez pas croire pour autant que l'artiste italien n'en a que pour son nombril. Les aspects personnels, qui émaillent ses œuvres monumentales, ouvrant toujours une porte (colorée) vers l'universel.

L'exposition qui lui est consacrée, tout le long de l'été, au musée Cocteau repose ainsi sur quatre thèmes forts. Que l'on pourrait volontiers décrire comme « coctaliens » : mythes et métamorphoses, portraits et autoportraits, voyages, et intimités.

« Il y a une filiation assez extraordinaire avec Cocteau, qui nous est apparue de plus en plus...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct