“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

En 1949, le poète Jean Cocteau (à droite) fit la connaissance de Francine Weisweiller au cours du tournage des Enfants Terribles.	(DR)

Saint-Jean-Cap-Ferrat rend hommage à Cocteau

« Vertigo », « Wanda », « Eve », « Certains l'aiment chaud », « Volver » des portraits de femmes à l'honneur cette saison pour l'Institut audiovisuel.	(DR/ Emilio Pereda/Paola Ardizzoni/El Deseo)

Portraits de femmes

INTERVIEW. Sandrine Kiberlain: "Sur mon carnet scolaire, les profs écrivaient: t...

"L'Or des Pharaons" se classe en seconde position des expositions les plus visit...

Le violoniste Maxime Vengerov donne le "la" de la nouvelle saison du Philharmoni...

A Monaco, entrechats intimes avec les Juliette des Ballets

Mis à jour le 28/07/2016 à 05:11 Publié le 28/07/2016 à 05:11
Bernice Coppieters, la « Juliette » des origines (au centre), entourée d'Anna Blackwell (à gauche) et de Victoria Ananyan (à droite), les danseuses qui reprennent aujourd'hui le flambeau.

Bernice Coppieters, la « Juliette » des origines (au centre), entourée d'Anna Blackwell (à gauche) et de Victoria Ananyan (à droite), les danseuses qui reprennent aujourd'hui le flambeau. Photo M.A.

A Monaco, entrechats intimes avec les Juliette des Ballets

Les Ballets de Monte-Carlo reviennent ce soir avec une nouvelle version de leur Roméo et Juliette. Entre arabesques du cœur et soubresauts amoureux, les Juliette se livrent. Rencontre

Les Ballets de Monte-Carlo rendent à nouveau honneur aux étoiles contraires de Roméo et Juliette du 28 au 30 juillet, à la salle Garnier de l'Opéra de Monte-Carlo. La version de Jean-Christophe Maillot, créée en 1996, a été dansée plus de 350 fois dans le monde. Sur une musique de Prokofiev, le chorégraphe réécrit l'histoire des amants dans un ballet psychique et introspectif.

Pour cette version 2016, deux nouvelles Juliette font leur entrée. Victoria Ananyan et Anna Blackwell danseront les affres de l'amour, sous le regard et les conseils bienveillants de Bernice Coppieters, la Juliette des origines, celle qui a inspiré le rôle. Rencontre au sommet de l'art vivant.

Quel effet cela fait-il de succéder à la grande Bernice Coppieters?
Anna Blackwell: Quiconque s’intéresse à Jean-Christophe Maillot connaît la Juliette de Bernice. C’est très intimidant, car on s’attaque à une figure emblématique. Mais grâce aux conseils de Bernice, nous sommes restées fidèles à la chorégraphie et aux détails derrière le rôle.Victoria Ananyan: Je n’ai vu la Juliette de Bernice...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct