“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Bernard Lavilliers sera en concert en octobre à Monaco

Véronique Sanson annule ses concerts dont celui prévu à Antibes

Lenny Kravitz sera en concert à Nice au printemps pour la tournée de son nouvel ...

Reggae, electro, jazz... La programmation du Nice Music Live est tombée

VIDEO. Sting donne un concert mémorable au Yacht-club de Monaco

Ces quatre instrumentistes vont interpréter le quator de Morton Feldman pendant cinq heures. Et c'est une prouesse!

Mis à jour le 26/03/2018 à 11:37 Publié le 26/03/2018 à 11:18
Vendredi, le quatuor Bela accomplira une prouesse artistique en jouant le 2e quatuor du compositeur américain Morton Feldman... pendant cinq heures ! Un record dans l’histoire des concerts en Principauté!

Vendredi, le quatuor Bela accomplira une prouesse artistique en jouant le 2e quatuor du compositeur américain Morton Feldman... pendant cinq heures ! Un record dans l’histoire des concerts en Principauté! Photo DR

Ces quatre instrumentistes vont interpréter le quator de Morton Feldman pendant cinq heures. Et c'est une prouesse!

Ce quatuor de Morton Feldman constituera, vendredi, le sommet de la troisième semaine du festival qui commence ce lundi

Au Printemps des arts, on va finir par être ivre d’Ives. Ives est le nom de ce compositeur américain du début du XXe siècle, prénommé Charles, dont la musique constitue le fil rouge du festival monégasque cette année. Concert après concert, on entend ses œuvres, depuis la symphonie jouée dès le premier jour par l’Orchestre National de France.

Et le public est là! Qui aurait parié que, jeudi dernier, la salle du Yacht-Club serait comble pour applaudir des sonates et mélodies de ce compositeur? Et pourtant, elle le fut. Et l’on put entendre une guirlande de mélodies subtiles de ce compositeur interprétées avec une précision parfaite par la chanteuse Isabelle Druet.

Ives en live durant tout le festival

On eut droit, le lendemain, à l’impressionnante interprétation du "Pays céleste" du même Charles Ives, par le Chœur de la Radio de Lettonie qui, par la force de la musique, transforma en cathédrale l’auditorium du Musée océanographique.

Samedi soir, on se plut à découvrir le néo-classicisme de sa première symphonie, interprétée par le Philharmonique sous la direction de Kazuki Yamada.

Néo-classique, également, le "Quatuor pour l’Armée du Salut" excellemment joué hier par le Quatuor Zemlinsky au Musée océanographique.

Et ce n’est pas fini! De l’Ives en live sera au programme jusqu’au dernier jour du festival.

Printemps des Arts, troisième semaine

Cela étant, le Printemps des arts ne se limite pas à ce compositeur. Le festival, qui entame ce lundi, sa troisième semaine nous fera entendre du Bach, du Debussy, du Crumb, mercredi soir dans le Tunnel Riva, puis du Mozart jeudi au Musée océanographique.

Mais le sommet de la semaine se situera vendredi avec l’interprétation du 2e quatuor du compositeur américain Morton Feldman par le Quatuor Bela. Dit comme cela, l’annonce peut paraître banale.

Des chaussons pour partir sans bruit!

Mais lorsqu’on apprend que le quatuor en question dure… cinq heures, l’information devient plus excitante. On se situe là dans le livre des records. Cette œuvre sera entendue pour la première fois en Principauté.

Et des précautions seront prises. Imaginant que les auditeurs pourront perdre patience, les organisateurs leur prépareront des chaussons leur permettant de partir sans bruit avant la fin – et de revenir en cas de remords! Pour leur ménager une audition plus détendue, on mettra à leur disposition… des chaises longues.

Cette musique qui comprend 124 pages et comporte quelque 8.000 mesures, appartient au style "minimaliste".

Pendant deux heures, au milieu des cinq que dure l’œuvre, les instrumentistes joueront, paraît-il, dans une nuance quadruple pianissimo. Autant dire qu’on sera proche du silence.

Cela étant, l’événement, lui, risque de faire du bruit!

à partir de 1 €


La suite du direct